Régime alimentaire occidental : 56% de nos calories viennent de 3 sources inexistantes à la création de nos gènes

Nos gènes sont le fruit d’une longue évolution. Ils se sont constitués il y a des centaines de milliers d’années, à l’époque où nous étions encore des chasseurs-cueilleurs. Nos gènes n’ont que très peu évolués depuis cette période. Notre corps attend donc un régime alimentaire similaire à celle que nous avions lorsque nous nous nourrissions d’aliments issus de la cueillette et de la chasse.

 

regime paleo

 

Or, d’après les études nutritionnelles et notamment celle-ci (en anglais) : 56% de nos calories proviennent de trois sources qui n’existaient pas au moment de la formation de nos gènes.

Ce qui signifie que si nous avons un régime alimentaire occidental moyen, plus de la moitié des aliments que nous consommons n’est pas adapté à nos gènes et à notre fonctionnement naturel.

Et cela est alarmant pour beaucoup de scientifiques : si notre alimentation repose sur des aliments non adaptés à notre organisme, quelles risques pèsent sur notre santé  ? notre forme ?

 

Qu’est-ce qui a changé dans notre alimentation ?

 

Depuis les années 50, de nombreux aliments et produits ont fait leur apparition jusqu’à devenir incontournables dans notre régime alimentaire occidental. Ce sont ces fameuses “3 sources d’aliments” inadaptés à nos gènes :

  • Le sucre raffiné sous plusieurs formes : sucre de canne, de betterave, sirop de maïs, de fructose, etc. Et qui se retrouve dans de nombreux aliments industriels, comme les gâteaux, les plats préparés, les pâtes à tartiner, etc.
  • Les farines blanches et ses dérivés : pains blancs, pâtes blanches, riz blanc, etc.
  • Les huiles végétales (soja, tournesol, maïs) et les huiles végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées – qui sont utilisés partout dans l’industrie agroalimentaire.

Or, ces trois sources n’apportent rien d’essentiels à notre organisme. Elles ne contiennent ni vitamines, ni minéraux, ni protéines, ni acides gras oméga-3.

 

Ces aliments ne sont absolument pas utiles pour notre corps, qui ne sait pas quoi en faire… Et pourtant, ils sont au cœur de notre alimentaire moderne et de notre régime alimentaire occidental.

Mais pire que de ne rien nous apporter, les scientifiques se sont mêmes rendus compte que ces aliments étaient responsables d’un certain nombre de troubles et maladies.

 

arreter le sucre

Régime occidental moderne : un véritable risque pour notre santé et notre forme

 

En fait, selon les études scientifiques, nous pouvons considérer que la consommation excessive de sucre raffiné, de farines blanches et d’huiles végétales est responsable en partie du développement des troubles et maladies suivantes :

  • prise de poids, obésité et diabète
  • maladies cardiovasculaires
  • troubles inflammatoires
  • cancers et autres maladies dégénérative
  • dépression

Le régime alimentaire asiatique ou indien traditionnel est préservé de ce phénomène : les habitants de ces pays consomment beaucoup moins de sucre raffiné, de farines blanches et d’huiles végétales.

 

Ainsi, on remarque dans les études comparatives entre Occident et Asie que les cancers et le surpoids sont des problèmes de pays riche, mais surtout de pays au mode de vie occidental : il y a 9 fois plus de cancers aux Etats-Unis ou en Europe du Nord qu’en Chine, au Laos ou en Corée, et 4 fois plus qu’au Japon.

Dès qu’un pays commence à adopter un mode de vie et un régime alimentaire occidental, le taux de cancer et le taux de surpoids se mettent à augmenter. Il y a plusieurs exemples :  les chinois ou japonais installés en Amérique ont vu leur taux de cancer rejoindre graduellement celui des occidentaux. Et dans les dernières années, les taux de cancer dans les grandes villes chinoises ont triplés ! Idem pour le taux de la population en surpoids, qui a bondi en Chine avec le développement du pays et l’explosion du nombre de produits industriels sucrés – inhérent à un régime alimentaire occidental moderne.

En quoi ce régime alimentaire occidental détruit notre santé ?

 

Nos ancêtres chasseurs-cueilleurs consommaient à peu près 2 kilogrammes de sucre raffiné par an et par personne. Désormais, notre consommation de sucre raffiné s’élève à 35 kilogrammes par an.

 

Ainsi notre corps n’est pas adapté à une quantité de sucre ingérée aussi importante. Quand nous mangeons du sucre ou des farines blanches (à index glycémique élevé), notre taux de glucose (le sucre une fois digéré) dans le sang augmente fortement et rapidement.

Notre organisme va alors libérer une grosse dose d’insuline pour stocker le glucose en trop sous forme de gras. L’insuline fait pénétrer le glucose dans nos cellules.

 

insuline

Sucre raffiné et farines blanches nous font grossir

 

Le premier effet d’une alimentation trop sucrée à base de produits à index glycémique élevé est donc une augmentation de nos réserves de gras : nous allons stocker beaucoup et durablement.

 

Ce glucose est stocké sous forme de gras autour de nos organes : les graisses viscérales, et sous notre peau : les graisses sous-cutanées.

 

Les graisses viscérales peuvent asphyxier nos organes à long terme : provoquant des maladies cardio-vasculaires. Physiquement, cela se ressent par un ventre qui grossit et qui devient de plus en plus dur.

Les graisses sous-cutanées se trouvent sous notre peau, ce sont elles qui vont troubler notre aspect physique. Les plus résistantes se fixent sur notre ventre, nos hanches et nos cuisses. Mais nous en avons de partout : bras, jambes, épaules, dos, visage, etc…

 

Le corps utilise le mécanisme de l’insuline pour constituer des réserves de graisses pour les moments durs : quand il est à jeun et que nous devons partir à la chasse, ou la cueillette, le ventre vide.

Mais ce mécanisme n’est pas adapté à une aussi grande quantité de sucre raffiné. Notre organisme est donc dépassé – et il stocke, et re-stocke, sans jamais s’arrêter et sans jamais pouvoir de-stocker.

D’où les chiffres de personnes en surpoids ou en obésité qui grandissent : ils sont corrélés à l’explosion du sucre raffiné et des farines blanches dans notre alimentation.

 

Enfin, une libération trop fréquente et trop excessive d’insuline peut finir par nous rendre résistant à celle-ci – provoquant le diabète.

 

Les aliments à IG élevé favorisent les maladies dégénératives comme le cancer

 

Le cancer est une maladie dégénérative. C’est-à-dire que les mécanismes de notre corps sont piratés par les cellules cancéreuses, des cellules malades ou dégénérées. Elles vont les utiliser pour se nourrir, grossir, puis contaminer et détruire notre organisme. Le cancer est l’antithèse de la vie.

Le monde occidental est le plus touché par les cancers ; on parle même d’épidémie de cancer. Et bizarrement, cette épidémie a commencé à partir de la Seconde Guerre mondiale. Le moment où nous avons commencé à surconsommer du sucre, des farines blanches et des huiles végétales nocives et non-essentielles pour notre organisme.

 

alimentation sucrée

 

En fait, lorsque l’insuline est sécrétée, une seconde molécule l’accompagne : l’IGF (insulin-like growth factor). Cette molécule stimule la croissance des cellules.

 

La communauté scientifique est désormais certaine que le sucre, via l’insuline et l’IGF, nourrit les cellules cancéreuses et les aide à se développer pour envahir les tissus voisins.


Mais pas que : l’insuline et l’IGF favorisent également les facteurs d’inflammation. Et les cellules cancéreuses se servent du mécanisme de l’inflammation (un mécanisme de réparation du corps) pour se développer, grossir en une tumeur et envahir le reste de l’organisme.

Le sucre raffiné et les farines blanches ne sont donc pas seulement néfastes pour notre forme physique, notre apparence et notre silhouette. Ils font également peser de graves dangers sur notre santé à long terme.

 

Les aliments à IG élevé nous prive du bonheur à long terme !

 

Et malheureusement, autre que les dommages physiques, le sucre et les aliments à IG élevé ont une grosse incidence sur notre bonheur et notre bien-être à long terme.

Déjà, ces aliments provoquent des crises d’hypoglycémies fréquemment : car le taux de sucre baisse soudainement dans le sang. Cela signifie que nous sommes moins concentrés, que notre énergie varie fortement au cours de la journée. Ce n’est pas optimal pour réaliser des projets qui nous tiennent à cœur et nous améliorer. 

Enfin les troubles entraînés par le sucre peuvent saper notre confiance et estime de soi à long terme. Mais surtout, le sucre est une drogue. C’est une substance bien plus coriace que la cocaïne (les souris préfèrent même le sucre à la cocaïne dans certaines expériences).

Consommé beaucoup de sucre et d’aliments à IG élevé provoquent l’addiction à la dopamine : l’addiction provoque la mort des neurones, des récepteurs de la dopamine. A long terme, cela détruit notre capacité à ressentir du plaisir (dopamine = plaisir).

Et pire encore, la dopamine est un inhibiteur de la sérotonine, qui elle est liée au bonheur. Une hormone qui nous rend heureux.

 

Pour en savoir plus : Dopamine contre Sérotonine : pourquoi le plaisir est l’ennemi du bonheur ?

Les solutions : retrouver une alimentation adaptée à notre fonctionnement naturel

 

Heureusement, pour éviter tout ces désagréments, il existe une solution simple : retrouver une alimentation ancestrale et un mode de vie naturel qui va respecter nos gènes.

 

Voici les étapes et quelques conseils pour adopter une alimentation plus saine et plus naturelle :

 

Arrêter le sucre raffiné

 

Pour cela, la première étape pour atteindre une alimentation saine et naturelle est d’arrêter le sucre. Vous pouvez donc arrêter de rajouter du sucre blanc partout : dans le café, le thé et les gâteaux faits maisons, par exemple.


A la place, vous pouvez vous tourner vers des alternatives à indice glycémique plus faible : sirop d’agave, sucre de coco et miel d’acacia. Ils ont l’avantage de ne pas provoquer de pic de glycémie, mais veillez quand même à les utiliser avec modération.

 

sucre

 

Vous pouvez aussi supprimer les desserts sucrés : contentez-vous de deux ou trois desserts par semaine par exemple, pour des repas de triche ou des moments entre amis, ou en famille.
 

Enfin, il vous faut éviter au maximum tous les aliments industriels : les gâteaux, confiseries, plats préparés, etc. Ils sont remplis de sucre raffiné ajouté.

 

Il faut savoir qu’à la fin du XXème siècle est apparu le sirop de fructose extrait du maïs, un mélange de fructose et de glucose. Avec l’apparition de cet ingrédient, le sucre est devenu omniprésent dans les aliments industriels.

 

Supprimer les farines blanches et les remplacer par des versions plus saines

 

Supprimer les farines blanches et les dérivés est la seconde étape : il faut bannir de nos étagères les pâtes blanches, le riz blanc ainsi que le pain blanc.

 

Il existe de nombreuses alternatives plus saines, comme le pain multicéréale – à base de blé complet mélangé avec au moins trois autres céréales, comme l’avoine, le seigle ou le lin. Cette composition permet de ralentir l’absorption des sucres rapides du blé, et fait baisser l’indice glycémique. Vous pouvez aussi choisir du pain fait au levain traditionnel, car la levure chimique fait augmenter l’index glycémique. Enfin, vous pouvez aussi remplacer votre riz blanc par du riz complet, basmati ou thaï.

 

manger des légumes

 

La troisième étape pour adopter une véritable alimentation naturelle et ancestrale est de se calquer sur “l’assiette” de nos ancêtres chasseur-cueilleurs.

 

Leur alimentation  se reposait principalement sur les légumes et les fruits. Ils ne consommaient pas de céréales et le seul sucre raffiné était le miel. Légumineuses, légumes et fruits doivent donc représenter plus de 50% de votre alimentation. Ils pleins de vitamines, minéraux et enzymes qui vous permettent de mieux digérer, d’avoir de l’énergie et d’être en meilleure santé !

 

En savoir plus sur le régime de nos ancêtres et comment l’adopter, cliquez ici : Pourquoi privilégier l’alimentation ancestrale et vivante pour rester en forme ?

 

Se détoxifier en profondeur avec le jeûne intermittent ?

 

Enfin, il existe une dernière étape (pas obligatoire) – très complémentaire avec les trois précédentes – pour nettoyer son organisme, retrouver la forme et être en meilleure santé.

 

Si l’insuline et l’IGF existent, c’est pour faire en sorte que notre corps puisse constituer des réserves (de gras et d’énergie) pendant les moments d’abondance – mais aussi pour favoriser la création de nouvelles cellules au bon moment.

 

Il existe un mécanisme inverse, qui ne se déclenche que lorsque le corps est complètement à jeun. Il permet de déstocker les graisses pour les utiliser comme énergie, mais aussi de supprimer les cellules malades et défectueuses.

 

Un bon moyen pour retrouver ce mode de fonctionnement naturel du corps est le Jeûne Intermittent. Vous pouvez en savoir plus en consultant ces articles :

Comment la pratique du “Jeûne Intermittent” m’a aidé à avoir une super forme

 

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaires. En attendant, je vous souhaite une longue vie en pleine forme et en pleine santé !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “Régime alimentaire occidental : 56% de nos calories viennent de 3 sources inexistantes à la création de nos gènes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.