Comment arrêter le sucre ? Explications, conseils, défi 30 jours !

Comment arrêter le sucre ? Explications, conseils, défi 30 jours !

Un des plus grand maux de notre société moderne est la surabondance de sucre dans notre alimentation. Arrêter le sucre devient une urgence. Car aujourd’hui, le sucre raffiné et les farines blanches sont sur-présents :

  • Les produits industriels et transformés contiennent toujours des quantités de sucres affolantes, sous des noms divers et variés : sirop de glucose, de fructose, de glucose-fructose, etc. Ils sont partout !
  • Les farines blanches et ses dérivés : on les considère comme à la base de notre alimentation, ces fameux « féculents » qui nous voudraient du bien, mais qui possèdent un Index Glycémique bien trop élevé.

 

Car c’est bien un point qui permet de bien les reconnaître, ces aliments trop sucrés qui nous font du mal : l’Index Glycémique, dont je vous ai déjà conté l’intérêt sur ce blog, montre parfaitement quels aliments notre corps supporte ou non.

 

En effet, si un aliment possède un IG bas ou moyen, c’est que notre corps le « comprend » : il reconnaît l’aliment et sait l’analyser, il pourra ainsi bien le digérer et en retirer les nutriments essentiels.

Plus un aliment est naturel, brut ou peu transformé, mieux notre corps réagit : ils ont un IG bas ou moyen, comme pour les tomates, les bananes ou les avocats.

 

Au contraire, les aliments transformés et industriels, les farines blanches, possèdent un IG élevé : les pâtes blanches, pizza, confiseries et autres gâteaux font exploser notre glycémie.

En bref, notre corps secrète énormément d’insuline pour gérer ces aliments qu’il ne reconnait plus. Cette hormone provoque le stockage accru du sucre en gras, ainsi que divers troubles inflammatoires, qui à long terme peuvent produire des effets désastreux : surpoids, maladies cardiovasculaires, dépression, cancer.

 

arrêter le sucre

 

Ils sont donc mauvais et pour notre santé, et pour notre épanouissement personnel. Car le sucre est une drogue : il provoque l’addiction, et comme une drogue, il détruit notre bonheur à long terme !

Ces aliments trop sucrés font peser de gros dangers sur notre santé, notre bien-être et notre épanouissement personnel. Alors dans cet article, nous allons répondre à trois questions majeures :

  • Pourquoi les aliments sucrés et industriels sont si dangereux pour notre santé ?
  • Pourquoi le sucre est si néfaste à notre bien-être et notre épanouissement personnel ?
  • Et surtout, comment vous pouvez arrêter ces aliments sucrés et industriels ?

A la fin, on parlera également de ce petit défi 30 jours qui permet d’arrêter le sucre ! Et si vous êtes impatient, vous pouvez cliquer dans le sommaire sur la catégorie qui vous intéresse le plus :

 

Pourquoi les aliments sucrés et industriels sont si dangereux pour notre santé ?

 

Le premier danger, et il est assez bien connu, est que le sucre nous fait grossir. Car consommer des aliments sucrés va perturber notre glycémie (le taux de sucre dans le sang), ce qui provoque une production accrue d’insuline, l’hormone qui transforme le sucre en graisse.

 

Nous allons donc stocker beaucoup plus de graisses que naturellement, cela va provoquer une prise de poids à long terme. De plus, ces graisses vont avoir tendance à se stocker autour de nos organes, c’est ce qu’on appelle les graisses viscérales. Elles vont créer des complications et des maladies avec le temps : les maladies cardio-vasculaires. Ces graisses perturbent le fonctionnement naturel de nos organes !

 

En plus de ça, une augmentation de cette glycémie trop fréquente créée des pics d’insuline à répétition, ce qui peut causer le diabète à moyen / long terme !

 

Enfin, manger trop de sucre trop souvent peut aussi amener à développer des maladies dégénératives, comme le cancer. Les cellules cancéreuses raffolent du sucre, elles se nourrissent de glucoses.

Et les déchets créés par la consommation d’aliments industriels et sucrés vont provoquer petit à petit des désordres dans notre organisme, pouvant mener aux développements de cancers également.

 

Vous l’avez donc bien compris, consommer trop de sucre détériore notre santé progressivement. Au départ, c’est simplement notre forme et notre énergie qui sont touchés : prise de poids, fatigue, léthargie, manque de concentration, de volonté, etc.

A la fin, c’est notre santé et notre vie même qui est impactée. Car une alimentation trop sucrée, un régime occidental moderne, peut provoquer l’apparition de maladies graves.

 

arreter le sucre

 

Pour rajouter à l’addition déjà salée (sucrée ?), cette alimentation va également impacter considérablement notre bien-être, notre état d’esprit et donc notre épanouissement à long terme. Vous ne me croyez pas ? Découvrez les effets pernicieux du sucre sur notre mental :

 

Pourquoi le sucre est si néfaste pour notre bien-être et notre épanouissement à long terme ?

 

Premièrement, comme nous l’avons vu plus haut, une consommation trop grande de sucre cause une fatigue accrue, un manque de concentration, de volonté et de motivation. Ces symptômes sont la conséquence des pics d’insuline, eux-mêmes provoquant des crises d’hypoglycémie après chaque repas sucré.

 

Votre énergie varie donc fortement fluctuée au cours de la journée, ce qui périodiquement mine votre concentration, vous fatigue et vous fait perdre volonté et motivation. Nous serons d’accord, vous et moi, que ces effets ne vous aideront pas à avancer et progresser dans vos projets.

 

A l’inverse, une alimentation non sucrée, saine et ancestrale, vous permet d’acquérir les bons nutriments et d’avoir une glycémie stable tout au long de la journée. Vos niveaux d’énergie sont réguliers, vous n’êtes pas fatigués et vous restez motivé ! D’autant que votre corps reçoit le bon carburant pour fonctionner : vous serez davantage dynamique chaque jour !

 

Vous conviendrez également qu’il est plus aisé d’avancer sur des projets, d’être de bonne humeur et de trouver la motivation pour s’accomplir quand nous avons la pleine capacité de nos moyens physiques et que nous sommes en bonne santé ! C’est le petit plus physique que notre mental a besoin.

Alors certes, l’insuline ou la prise de poids expliquent en partie ces symptômes négatifs. Mais il existe aussi une autre raison, beaucoup plus insidieuse et dangereuse :

 

supprimer le sucre

 

Le sucre est une des pires drogues et nous sommes encouragés à la consommer !

 

Le sucre est une substance qui provoque une addiction incroyable. Elle est bien plus puissante que l’addiction à la cocaïne par exemple !

 

Pour vous le prouver : au CNRS de Bordeaux, une étude a été réalisée par Serge Ahmed (directeur de recherche CNRS et neuroscientifique) et son équipe. Ils ont proposé à des rats un choix simple : recevoir une injection de cocaïne liquide directement dans le sang ou boire de l’eau sucrée.

Résultat ? Les rats préfèrent le sucre à la cocaïne ! Une belle preuve pour les scientifiques du CNRS que l’addiction au sucre est bien réelle, et surtout très puissante.

 

Pour l’humain, l’addiction au sucre ne peut que nous rendre malheureux, durablement. Car le sucre, comme beaucoup de substances et de drogues, mène à l’addiction à cause de la dopamine.

Car quand vous consommez du sucre, votre cerveau secrète de la dopamine. Or, plus vous consommez fréquemment du sucre, plus vous aurez besoin d’une dose de plus en plus grande pour être satisfait… jusqu’à devenir totalement tolérant à la substance.

Ensuite, les neurones se mettent à mourir. C’est la seconde étape après la tolérance : l’addiction.

 

Les doses de dopamine ne mènent pas au bonheur. Ce sont des plaisirs à court terme, qui vont nous détruire à long terme. Plus vous sécrétez de dopamine, moins vous allez sécréter de sérotonine – communément appelée hormone du bonheur.

Ainsi l’addiction au sucre, en plus de détruire vos neurones et vos capacités à recevoir du plaisir, va en plus détruire votre bonheur à long terme.

Vous êtes malheureux, sans savoir pourquoi ? Une des raisons est peut être une addiction au sucre, cachée.

 

Et cette addiction va renforcer les effets négatifs relatifs à notre santé. Car en cherchant une dose toujours plus grande, nous allons nous mettre à consommer toujours plus de produits sucrés. Ce qui entraîne une prise de poids, des dommages sévères et des risques accrus de développer des maladies dangereuses.

 

Il est donc urgent de supprimer au maximum le sucre raffiné, les farines blanches et les aliments industriels de notre alimentation.

L’objectif ? Être en bonne santé et pour pouvoir être heureux, tout en s’accomplissant et en étant épanoui dans notre vie ! L’énergie et la vitalité sont intimement lié : si vous voulez réussir vos projets, l’alimentation est le nerf de la guerre.

 

Pour aller plus loin sur le sujet du plaisir et du bonheur, vous pouvez consulter également cet article sur la dopamine et la sérotonine : Dopamine contre Sérotonine : pourquoi le plaisir est l’ennemi du bonheur ?

 

arreter le sucre bienfait

Comment arrêter le sucre : supprimer les aliments sucrés et industriels ?

 

Alors comme précisé dans l’introduction de cet article, arrêter le sucre ne consiste à bannir de notre alimentation divers aliments et produits :

  • Les aliments considérés comme « sucrés » : gâteaux, confiseries, sucreries, pâtisseries, sucre blanc, etc.
  • Les produits industriels et raffinés, comme les plats préparés ou les fastfoods, ainsi que la plupart des produits packagés de nos supermarchés.
  • Les farines blanches et ses dérivés : pain blanc, pâtes blanches et même le riz blanc (sauf le riz basmati). Eviter les céréales trop transformées, comme le blé, et préférez les céréales complètes.

 

Un excellent moyen de reconnaître les aliments mauvais pour votre santé est de consulter son Index Glycémique et sa Charge Glycémique – deux excellents indicateurs. Vous pouvez également retourner la boîte que vous vous apprêtez à acheter au supermarché :

Regardez la quantité de sucres ajoutés, repérez les sucres cachés : les sirops de fructose, glucose ou maltose, etc. Car quand il s’agit de ne pas faire apparaître le mot « sucre » en premier sur la liste des ingrédients, les industriels sont pleins de ressources !

 

Tous ces aliments sont à supprimer et bannir de notre alimentation quotidienne. Réservons les pour des “repas de triche”, des occasions spéciales où nous pouvons nous lâcher, comme au restaurant avec des amis ou des repas de famille.

 

Pour vous aider à supprimer les aliments sucrés et remplacer les mauvais glucides de votre alimentation, découvrez les alternatives aux aliments sucrés et industriels, ainsi que quelques actions pour vous aider à arrêter le sucre :

 

farine blanche

 

Par quoi remplacer les aliments sucrés ? Les alternatives au sucre et aux mauvais glucides

 

Supprimer le pain blanc

 

Il est très répandu dans notre alimentation, produit phare de la gastronomie française, pourtant c’est un des pires glucides.

La farine blanche possède un index glycémique très élevé. Elle est ainsi très néfaste pour notre santé.

Le blé a été tellement modifié au cours des siècles, qu’il est désormais un produit quasiment industriel par nature ! A noter que plus une farine est moulue, plus elle devient mauvaise pour notre glycémie.

 

Si vous voulez arrêter le sucre définitivement, n’hésitez donc pas à supprimer le pain de votre alimentation.

Je n’achète plus de baguette depuis plusieurs années et je me porte très bien. Vous pouvez également remplacer le pain blanc par des pains à base de céréales complètes. Ils ont un IG plus faible et sont meilleurs pour votre santé !

 

supprimer le pain

 

Remplacer vos pâtes par des versions complètes ou par des légumes

 

Issus de la farine blanche comme la fameuse baguette, les pâtes présentent les mêmes risques pour notre santé et notre ligne.

Pour avoir une meilleure forme, vous pouvez donc vous tourner vers les pâtes complètes. Ou pour une version peu calorique, vous pouvez les remplacer par des lamelles de légumes :

Avec une mandoline ou simplement votre épluche légume, vous pouvez découper des longues lamelles de courgettes, aubergine ou poivrons. Vous n’avez plus qu’à les faire bouillir ou les faire revenir dans une poêle, puis à ajouter une sauce maison, et vous avez un plat savoureux !

 

Changer de variété de riz

 

Comme le pain blanc, le riz blanc ou industriel est très mauvais pour la santé. Quand on veut arrêter le sucre, il est donc primordial de le bannir de nos placards et de se tourner vers des alternatives plus saines.

Le riz basmati (même s’il est blanc) et le riz complet sont excellents par exemple.

Ils ne perturbent pas notre glycémie et apportent beaucoup d’excellents nutriments à notre organisme !

 

Varier vos apports en glucides : légumineuses, patates douces et autres céréales méconnus !

 

Il existe de nombreuses céréales ou bons glucides à consommer pour varier votre alimentation : boulghour, quinoa, patates douces, lentilles, pois chiches, etc.

Vous pouvez les consommer de nombreuses manières, comme le riz ou les pâtes. Ils ont souvent un IG ou une CG assez basse ou moyenne.

 

alternative au sucre

 

Consommer autrement vos pommes de terre

Beaucoup de variétés de pommes de terre, quand elles sont produites localement et bio, ne sont pas mauvaises pour notre santé. Elles se marient parfaitement avec la raclette et la charcuterie notamment… Enfin bref, je m’égare !

 

Les fameuses patates restent un produit plutôt naturel et ancestral. Cependant, elles peuvent perturber notre glycémie et nous faire sécréter beaucoup d’insuline en fonction de leur préparation et cuisson.

Il n’existe donc qu’une seule bonne façon pour les consommer sans trop d’impact : bouillie et avec la peau. Il faut donc vraiment privilégier les variétés bios et sans pesticides.

 

Même avec cette cuisson, elle garde un IG et CG moyen. Elles doivent donc être consommés en de rares occasions. Il est important de les limiter quand on veut arrêter le sucre. Car les consommer trop souvent devient une alternative malsaine au sucre raffiné : cela entretient le “démon sucré” dans notre esprit.

 

Sucrer avec du miel

 

Si vous êtes amateur de café ou de thé, vous aimez peut-être ajouter une petite cuillère de sucre. Le sucre blanc, comme vous l’imaginez, n’est vraiment pas conseillé. Vous pouvez le remplacer par une cuillère de miel, si possible du miel bio et produit localement.

Petit conseil : ajoutez votre cuillère de miel quand votre boisson est à bonne température. C’est à dire quand vous pouvez la boire sans vous brûler. Cela permet de conserver les bienfaits du miel.

 

Choisir le chocolat noir plus de 75%

 

Le chocolat, c’est bon. Le chocolat, c’est délicieux. Mais tout les chocolats ne sont pas bons pour votre santé et votre forme. Les meilleurs sont les chocolats noirs à plus de 75%.

Personnellement, je suis amateur du chocolat 85% ou 90%. Je consomme toujours un ou deux carreaux après mes repas. C’est mon dessert favori, et il se déguste sans culpabilité ! Arrêter le sucre ne signifie pas se passer d’un petit dessert.

A noter que le chocolat noir est également un bon aliment anticancer (d’après le livre Anticancer du médecin David Servan-Schreiber) !

 

dessert sans sucre

 

Comment arrêter le sucre et éviter les écarts ? Quelques actions pour arrêter le sucre

 

Pour arrêter le sucre, il faut absolument se débarrasser des aliments industriels, gorgés de sucres raffinés, et des farines blanches.

Maintenant que vous savez comment les identifier facilement, découvrez comment vous en débarrasser tout aussi facilement ! Ces quelques actions vous aideront pour le défi final. Un défi qui vous aidera à arrêter le sucre définitivement et à éliminer une éventuelle addiction !

 

Et justement, le meilleur moyen pour supprimer le sucre de notre alimentation est de changer ses habitudes en limitant au maximum les occasions de “craquer” sur un produit sucré et/ou industriel. Chacune de ces 7 actions suivantes va vous aider à facilement et durablement arrêter le sucre et les mauvais glucides.

 

faire sa liste de courses

 

Faire une liste de courses et s’y tenir

 

C’est la première habitude à adopter. Elle est très simple, mais très efficace. Si vous n’achetez pas de produits industriels ou sucrés, ils ne seront pas chez vous : vous ne pourrez pas les consommer facilement.

En effet, si subitement vous avez une envie sucrée, il n’y aura aucun produit malsain à consommer. Par conséquent, vous devrez vous rabattre sur une version saine : oléagineux, fruits, carreau de chocolat noir + de 80% !

 

Et c’est pareil si vous n’avez pas de “confort food” ou de plats préparés dans le frigo, ni de pâtes ou pains blancs dans les placards.

Si vous avez seulement des ingrédients bruts et peu transformés, comme des légumes, des œufs, de la viande, des légumineuses ou céréales complètes, vous serez obligés de cuisiner et donc de vous préparer un bon petit plat maison, bon pour votre santé physique et mentale !

Car n’oublions pas que se respecter et cuisiner pour soi, c’est excellent pour l’estime de soi.

 

Alors faites une liste de courses avec uniquement des produits sains, bruts et peu transformés, puis ne deviez pas de celle-ci !

Sur le long terme, faire sa liste de course et s’y tenir va faire une grande différence. Au bout d’un moment, vous serez habitué à ne pas plus acheter ou consommer ces produits. Petit à petit, vous allez perdre le goût pour les aliments industriels ou sucrés.

 

Organiser vos repas de la semaine

 

Pour démultiplier les effets de l’habitude précédente, vous pouvez également planifier et organiser les repas de la semaine entière. Ainsi, vous savez exactement de quels aliments vous avez besoin.

Une fois dans le supermarché ou au marché, vous serez beaucoup moins tenté d’acheter des produits malsains.

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de prévoir exactement ce que vous allez manger. Vous pouvez simplement préparer un menu ou des repas types.

 

Ne jamais faire les courses en ayant faim

 

Cette habitude permet également de faire vos courses en toute sérénité. La faim nous pousse insidieusement à nous tourner vers des aliments sucrés.

 

C’est un réflexe de notre cerveau. Car il privilégie la survie avant tout, il est attiré par les aliments très caloriques. D’autant que si vous avez une légère addiction au sucre, les signaux habituels seront accentués par la faim !

 

Donc ne faites jamais les courses en ayant faim ! C’est le meilleur moyen de craquer sur des produits industriels, sucrés et mauvais pour la santé.

Au contraire, si vous êtes rassasiés en allant faire vos courses, vous serez moins susceptible de céder à la tentation.

 

manger sainement

 

Faire des gros repas et manger jusqu’à satiété

 

C’est une habitude très importante. Souvent, c’est l’écueil dans lequel tombe de nombreuses personnes qui commencent à s’alimenter sainement.

 

Picorer pendant les repas est dangereux. Car vous prenez le risque d’avoir faim entre, et donc de céder à la tentation d’un produit malsain. La privation est l’ennemie d’une bonne santé : vous perturbez votre métabolisme, vous sabrez votre énergie et votre moral.

C’est pourquoi les régimes échouent. Et c’est aussi augmenter le risque de retomber rapidement dans de vieux travers, par frustration.

 

Alors au contraire, il ne faut pas hésiter à manger de grosses assiettes et à se resservir si vous avez encore faim. Si elles sont remplis d’aliments sains comme des légumes, des bonnes protéines, des bonnes graisses ou des bons glucides, vous n’allez pas grossir ou stocker du gras.

Au contraire, vous allez vous sentir bien et être plein d’énergie pour la journée !

Mais surtout, car vous serez rassasié, vous n’aurez pas envie de craquer sur un produit sucré ou malsain !

 

comment arrêter le sucre

Prévoir vos écarts

 

Encore une habitude qui découle de la précédente ! Pour durer, il ne faut pas vous priver. Des écarts sont nécessaires, pour rassurer le cerveau et entretenir le métabolisme. De plus, cela vous aidera à conserver le moral et à ne pas céder à la frustration.

 

L’important est donc de prévoir vos écarts. En particulier quand vous commencez à arrêter le sucre. Une fois que vous serez sevré, après quelques mois, vous pourrez vous permettre des écarts imprévus.

 

Au départ, je vous invite à choisir un ou deux repas dans la semaine pour « tricher » et manger des aliments malsains. Vous pouvez par exemple choisir le samedi soir, en vous accordant un repas au restaurant italien avec des amis. Pas de salades ou de viande accompagnés d’haricots verts, vous pourrez prendre ces pâtes à la carbonara qui vous font tant envie ! Ou bien, vous pouvez choisir de prendre un petit-déjeuner sucré avec votre famille un dimanche matin. Choisissez bien vos occasions et vos écarts !

 

Et si vous faites un dérapage incontrôlé, surtout ne culpabilisez pas ! La culpabilité ne vous mènera que vers plus de frustration et privation. Au contraire, relativisez et reprenez des habitudes saines : l’écart sera vite amorti.

N’oubliez pas que pour arrêter le sucre, ce qui compte, c’est la régularité des actions et habitudes positives !

 

Remplacer vos en-cas ou collations

 

Une bonne habitude à prendre est de remplacer les en-cas et collations malsaines par des versions saines : des fruits, des oléagineux ou du chocolat noir + de 80%.

N’hésitez pas à toujours emporter et prévoir un en-cas sain quand vous sortez. Au moins, vous êtes certain de ne pas craquer sur un produit sucré. Surtout lorsque vous commencez à arrêter le sucre !

 

changer son petit déjeuner

 

Arrêter et changer votre petit déjeuner sucré, voir même supprimer le !

 

J’en ai déjà parlé dans un précédent article : un petit-déjeuner sucré dynamite votre glycémie dès le matin. Votre taux de sucre dans le sang va augmenter d’un coup. Car vous encaissez une charge considérable de sucre en étant à jeun !

 

Résultat : vous sécrétez énormément d’insuline, vous stockez beaucoup en conséquence et vous subissez une superbe crise d’hypoglycémie deux ou trois heures après !

Sachant que le sucre appelle le sucre, vous serez tenté de manger sucré au moment de cette crise. Et à ce moment-là, vous êtes reparti pour un tour : à midi, vous allez avoir encore plus faim. Vous allez craquer sur du sucre plus facilement et relancer la machine.

 

Tout au long de la journée, votre corps va stocker systématiquement vos aliments sous forme de gras. Vous allez manquer d’énergie, de volonté et de motivation. La mauvaise humeur et la fatigue seront au rendez-vous. Et surtout, nous avons vu les effets tragiques du sucre sur notre santé ! Vous ne souhaitez pas tomber dans un tel cercle vicieux.

 

Alors, il est nécessaire de remplacer le petit déjeuner trop sucré par un petit déjeuner sain, avec des aliments à impact léger sur notre glycémie :

  • Des bonnes protéines et bonnes graisses pour faire fonctionner correctement le cerveau : des œufs, des poissons gras, des oléagineux ou un avocat.
  • Des fruits de saison : vous pouvez par exemple écraser une banane et ajouter des baies, des fruits rouges, une pomme ou un kiwi en morceau.
  • Des céréales complètes : comme une tranche de pain complet à la plage d’un croissant ou de la baguette traditionnelle !

Ou si vous vous sentez prêt, vous pouvez même carrément vous passer de petit-déjeuner ! Ce mode de vie s’appelle le Jeûne Intermittent, pour en savoir plus, vous pouvez consulter ce guide : Tout savoir sur le Jeûne Intermittent

 

défi sans sucre

Un bon défi pour arrêter le sucre : 30 jours SANS sucre !

 

Pour arrêter le sucre, je vous propose un défi très efficace : 30 jours SANS sucre !

C’est-à-dire 30 jours sans aliments industriels, transformés ou sucrés. Pendant 30 jours, vous allez éviter tous ces produits, ne pas les consommer et les bannir de votre alimentation.

 

Les modalités sont simples : vous n’avez le droit qu’à des aliments sains, c’est-à-dire avec un IG bas ou moyen ou une CG (Charge Glycémique) faible ou moyenne !

Si vous le souhaitez, vous aurez le droit à un seul écart par semaine. Un seul, pas plus ! Bien sûr, vous pouvez choisir à dessein de ne pas vous accorder cet écart. Mais noter qu’il peut vous faire du bien au moral, s’il est bien prévu et géré.

 

Alors quel est l’objectif de ce défi ?

 

Vous faire prendre conscience des (trop) nombreuses occasions où nous consommons des produits malsains et trop sucrés. Mais aussi, vous aider à bannir le sucre de votre alimentation et à supprimer une addiction, quelle soit faible ou forte.

Par exemple, c’est avec un défi similaire que j’ai pu définitivement me passer du sucre. Désormais, j’ai su « dompter » ce démon et je suis beaucoup moins susceptible de craquer.

J’ai également conseillé ce défi à mon père, accro au sucre depuis des années, et il a pu grâce à ce défi supprimer en partie son addiction à cette substance dangereuse !

 

Je vous invite à vous lancer très prochainement. N’hésitez pas à adopter ce défi avec fierté et à le proclamer à vos proches, ainsi qu’aux personnes qui vous proposeront un produit sucré.

Par exemple, au café, si le serveur vous demande « avec ou sans sucre ? », vous pouvez répondre « Je fais un défi 30 jours sans sucre, alors ce sera sans, s’il vous plaît ».

Idem si un ou une collègue vous propose un croissant ou une barre chocolatée ! Le but n’est pas de vous mettre en avant ou de faire l’intéressant, mais d’augmenter vos chances de réussites. En impliquant votre entourage, proche ou non, dans ce défi, cela vous force à le tenir.

De plus, vous montrez également votre volonté et force de caractère : vous êtes capable de vous lancer des défis et de les tenir.

Vous pouvez être fier(e) de vous !

Comment manger sainement ? Explications et conseils

Comment manger sainement ? Explications et conseils

Dans notre société, l’alimentation a perdu un de ses rôles essentiels : nous maintenir en bonne santé et nous apporter de l’énergie. Comme l’a dit Hippocrate : « Que ton aliment soit ton premier médicament ». Notre alimentation doit aider notre corps a bien fonctionné. Manger sainement permet d’atteindre cet objectif !

 

Car, avec un régime alimentaire moderne, nous perturbons le fonctionnement de notre organisme. Nous lui apportons une piètre énergie, très peu de micronutriments et beaucoup de problèmes.

 

Donc, comment manger sainement ? Comment bien se nourrir ? Dans cet article, vous allez trouver des explications indispensables sur le fonctionnement de notre organisme. Mais aussi, des conseils simples, pratiques et de bon sens, pour manger sainement et composer des repas sains

 

Avec un peu d’organisation, de volonté et d’informations, vous verrez qu’il est très simple de manger sainement !

 

Pourquoi nous devrions manger sainement ? Respecter nos gènes et abandonner une alimentation destructrice.

 

Nos gènes sont le fruit d’une longue évolution. Ils se sont constitués il y a des centaines de milliers d’années, à l’époque où nous étions encore des chasseurs-cueilleurs.

 

Depuis cette période, notre corps n’a que très peu évolué. Il attend donc un régime alimentaire similaire à celui que nous avions lorsque nous nous nourrissions d’aliments issus de la cueillette et de la chasse. Seulement, notre alimentation moderne est bien loin de cette alimentation ancestrale.

 

Nous ne mangeons même plus comme nos propres ancêtres des années 1900 ou 1950. Car depuis les années 50-60, l’industrie agroalimentaire a pris un pouvoir considérable. Par conséquent, notre alimentation a considérablement changé, et pas pour le meilleur !

 

manger sainement

 

Qu’est-ce qui a changé dans notre alimentation ?

 

Or, d’après les études nutritionnelles et notamment celle-ci (en anglais) : 56% de nos calories proviennent de trois sources qui n’existaient pas au moment de la formation de nos gènes. Ces trois sources sont :

 

  • Le sucre raffiné sous plusieurs formes : sucre de canne, de betterave, sirop de maïs, de fructose, etc. Nous le retrouvons dans de nombreux aliments industriels, comme les gâteaux, les plats préparés, les pâtes à tartiner, etc.
  • Les farines blanches et ses dérivés : pains blancs, pâtes blanches, riz blanc, etc.
  • Les huiles végétales (soja, tournesol, maïs) et les huiles végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées. Elles sont utilisées partout dans l’industrie agroalimentaire.

 

Or, ces trois sources n’apportent rien d’essentiels à notre organisme. Elles ne contiennent ni vitamines, ni minéraux, ni protéines, ni acides gras oméga-3.

 

Ces aliments ne sont absolument pas utiles pour notre corps, qui ne sait pas quoi en faire… L’index glycémique montre cette incompréhension. Quand le corps ne reconnaît pas un aliment, il produit beaucoup d’insuline pour tenter de répondre à la menace !

 

Si vous le corrélez à la Charge glycémique, vous pouvez facilement voir les aliments non naturels et non adaptés à notre organisme (avec quelques exceptions !).

 

Et pourtant, ces aliments malsains sont au cœur de notre alimentation moderne. Mais pire que de ne rien nous apporter, les scientifiques se sont mêmes rendus compte que ces aliments étaient responsables d’un certain nombre de troubles et maladies.

 

comment manger sainement

 

Régime alimentaire moderne : un véritable risque pour notre santé et notre forme

 

En fait, selon les études scientifiques, nous pouvons considérer que la consommation excessive de sucre raffiné, de farines blanches et d’huiles végétales est responsable en partie du développement des troubles et maladies suivantes :

  • Prise de poids, obésité et diabète
  • Maladies cardiovasculaires
  • Troubles inflammatoires
  • Cancers et autres maladies dégénérative
  • Dépression

 

Le régime alimentaire asiatique ou indien traditionnel est préservé de ce phénomène. Car justement, les habitants de ces pays consomment beaucoup moins de sucre raffiné, de farines blanches et d’huiles végétales.

 

Ainsi, on remarque dans les études comparatives entre Occident et Asie que les cancers et le surpoids sont des problèmes de pays riche. Mais surtout, ce sont des problèmes de pays au mode de vie occidental. Car il y a 9 fois plus de cancers aux Etats-Unis ou en Europe du Nord qu’en Chine, au Laos ou en Corée, et 4 fois plus qu’au Japon.

 

Pire, dès qu’un pays commence à adopter un mode de vie et un régime alimentaire occidental, le taux de cancer et le taux de surpoids se mettent à augmenter. Il y a plusieurs exemples :  les chinois ou japonais installés en Amérique ont vu leur taux de cancer rejoindre graduellement celui des occidentaux.

 

Et dans les dernières années, les taux de cancer dans les grandes villes chinoises ont triplés ! Idem pour le taux de la population en surpoids, qui a bondi en Chine avec le développement du pays et l’explosion du nombre de produits industriels sucrés.

 

Ce qui est inhérent à un régime alimentaire occidental moderne.

 

manger sainement pour maigrir

 

En quoi ce régime alimentaire occidental détruit notre santé ? L’urgence de manger sainement !

 

Nos ancêtres chasseurs-cueilleurs consommaient à peu près 2 kilogrammes de sucre raffiné par an et par personne. Désormais, notre consommation de sucre raffiné s’élève à 35 kilogrammes par an.


Ainsi notre corps n’est pas adapté à une quantité de sucre ingérée aussi importante. Quand nous mangeons du sucre ou des farines blanches (à index glycémique élevé), notre taux de glucose dans le sang augmente fortement et rapidement.


Notre organisme va alors libérer une grosse dose d’insuline pour stocker le glucose en trop sous forme de gras. L’insuline fait pénétrer le glucose dans nos cellules.

 

insuline

 

Sucre raffiné et farines blanches nous font grossir

 

Le premier effet d’une alimentation trop sucrée à base de produits à index glycémique élevé est donc une augmentation de nos réserves de gras : nous allons stocker beaucoup et durablement.

 

Ce glucose est stocké sous forme de gras autour de nos organes : les graisses viscérales, et sous notre peau : les graisses sous-cutanées.

 

Les graisses viscérales peuvent asphyxier nos organes à long terme : provoquant des maladies cardio-vasculaires. Physiquement, cela se ressent par un ventre qui grossit et qui devient de plus en plus dur.

 

Les graisses sous-cutanées se trouvent sous notre peau. Ce sont elles qui vont troubler notre aspect physique. Les plus résistantes se fixent sur notre ventre, nos hanches et nos cuisses. Mais nous en avons de partout : bras, jambes, épaules, dos, visage, etc…

 

L’insuline : un mécanisme inadapté face au sucre raffiné et aux farines blanches

 

Le corps utilise le mécanisme de l’insuline pour constituer des réserves de graisses pour les moments durs. Quand il est à jeun et que nous devons partir à la chasse, ou la cueillette, le ventre vide.

 

Mais ce mécanisme n’est pas adapté à une aussi grande quantité de sucre raffiné. Notre organisme est donc dépassé. Et il stocke, et restocke, sans jamais s’arrêter et sans jamais pouvoir déstocker.

 

D’où les chiffres de personnes en surpoids ou en obésité qui grandissent : ils sont corrélés à l’explosion du sucre raffiné et des farines blanches dans notre alimentation.

 

Enfin, une libération trop fréquente et trop excessive d’insuline peut finir par nous rendre résistant à celle-ci. C’est ce qu’on appelle le diabète.

 

Manger sainement doit nous permettra d’éviter les effets négatifs des farines blanches et sucres raffinés. Tout simplement, car quand on mange sainement, nous ne consommons plus ou très rarement ces aliments ! Vous allez donc brûler des graisses et perdre du poids plus facilement.

 

Surtout, vous allez le faire de manière naturelle. Manger sainement vous évite de brusquer votre organisme avec des pratiques stressantes comme des régimes ou déficit caloriques trop important.

 

alimentation saine

 

Les aliments à IG élevé favorisent les maladies dégénératives comme le cancer

 

Le cancer est une maladie dégénérative. C’est-à-dire que les mécanismes de notre corps sont piratés par les cellules cancéreuses, des cellules malades ou dégénérées.

 

Elles vont les utiliser pour se nourrir, grossir, puis contaminer et détruire notre organisme. Le cancer est l’antithèse de la vie.

 

Le monde occidental est le plus touché par les cancers. On parle même d’épidémie de cancer. Et bizarrement, cette épidémie a commencé à partir de la Seconde Guerre mondiale. C’est à ce moment-là que nous avons commencé à surconsommer du sucre, des farines blanches et des huiles végétales. Des aliments nocifs et non-essentiels pour notre organisme.

 

En fait, lorsque l’insuline est sécrétée, une seconde molécule l’accompagne : l’IGF (insulin-like growth factor). Cette molécule stimule la croissance des cellules.

 

La communauté scientifique est désormais certaine que le sucre, via l’insuline et l’IGF, nourrit les cellules cancéreuses et les aide à se développer pour envahir les tissus voisins.

 

Mais pas que : l’insuline et l’IGF favorisent également les facteurs d’inflammation. Car l’inflammation est un mécanisme de réparation du corps. Le cancer détourne ce mécanisme pour accélérer son développement. En effet, les cellules cancéreuses se servent du mécanisme de l’inflammation pour se développer, grossir en une tumeur et envahir le reste de l’organisme.

 

Le sucre raffiné et les farines blanches ne sont donc pas seulement néfastes pour notre forme physique, notre apparence et notre silhouette. Ils font également peser de graves dangers sur notre santé à long terme.

 

Manger sainement vous permet donc de réduire les risques de cancers. Mais pas seulement : vous diminuez aussi vos risques de maladies cardiovasculaires ou de troubles inflammatoires.

 

comment être en bonne santé

 

Les aliments à IG élevé nous privent du bonheur à long terme !

 

Et malheureusement, en plus des dommages physiques, le sucre et les aliments à IG élevé ont une grosse incidence sur notre bonheur et notre bien-être à long terme.

 

Déjà, ces aliments provoquent des crises d’hypoglycémies fréquentes. Car le taux de sucre baisse soudainement dans le sang, à cause des pics d’insuline.

 

Cela signifie que nous sommes moins concentrés, que notre énergie varie fortement au cours de la journée. Ce n’est pas optimal pour réaliser des projets qui nous tiennent à cœur et nous améliorer.

 

Enfin les troubles entraînés par le sucre peuvent saper notre confiance et estime de soi à long terme. Mais surtout, le sucre est une drogue. C’est une substance bien plus coriace que la cocaïne. Par exemple, des expériences scientifiques ont montrés que les souris préfèrent même le sucre à la cocaïne.

 

Consommé beaucoup de sucre et d’aliments à IG élevé provoquent l’addiction à la dopamine : l’addiction provoque la mort des neurones, des récepteurs de la dopamine. A long terme, cela détruit notre capacité à ressentir du plaisir. Car la dopamine est connectée au sentiment de plaisir.

 

Et pire encore, la dopamine est un inhibiteur de la sérotonine, qui elle est liée au bonheur. C’est une hormone qui nous rend heureux.

Pour en savoir plus, consultez cet article : Dopamine contre Sérotonine : pourquoi le plaisir est l’ennemi du bonheur ?

 

manger sainement

 

Les solutions : manger sainement pour retrouver notre fonctionnement naturel

 

Heureusement, pour éviter tous ces désagréments, il existe une solution simple : retrouver une alimentation ancestrale et un mode de vie naturel qui va respecter nos gènes. Manger sainement est donc l’étape essentiel et incontournable de ce processus de retour à une vie plus saine !

 

Voici les étapes et quelques conseils pour manger sainement et naturellement :

 

Arrêter le sucre raffiné

 

Pour cela, la première étape pour atteindre une alimentation saine et naturelle est d’arrêter le sucre. Vous pouvez donc arrêter de rajouter du sucre blanc partout : dans le café, le thé et les gâteaux faits maisons, par exemple.

 

A la place, vous pouvez vous tourner vers des alternatives à indice glycémique plus faible : sirop d’agave, sucre de coco et miel d’acacia. Ils ont l’avantage de ne pas provoquer de pic de glycémie. Mais veillez quand même à les utiliser avec modération.

 

arrêter le sucre

 

Vous pouvez aussi supprimer les desserts sucrés : contentez-vous de deux ou trois desserts par semaine par exemple, pour des repas de triche ou des moments entre amis, ou en famille.

 

Enfin, il vous faut éviter au maximum tous les aliments industriels : les gâteaux, confiseries, plats préparés, etc. Ils sont remplis de sucre raffiné ajouté.

Il faut savoir qu’à la fin du XXème siècle est apparu le sirop de fructose extrait du maïs, un mélange de fructose et de glucose. Avec l’apparition de cet ingrédient, le sucre est devenu omniprésent dans les aliments industriels.

 

Supprimer les farines blanches et les remplacer par des versions plus saines

 

Supprimer les farines blanches et les dérivés est la seconde étape. Pour manger sainement, il faut bannir de nos étagères les pattes blanches, le riz blanc ainsi que le pain blanc.

 

Il existe de nombreuses alternatives plus saines, comme le pain multicéréale – à base de blé complet mélangé avec au moins trois autres céréales, comme l’avoine, le seigle ou le lin. Cette composition permet de ralentir l’absorption des sucres rapides du blé. Et donc elle fait baisser l’indice glycémique de l’aliment.

 

Vous pouvez aussi choisir du pain fait au levain traditionnel. Car la levure chimique fait augmenter l’index glycémique.

 

Enfin, vous pouvez aussi remplacer votre riz blanc par du riz complet, basmati ou thaï.

 

manger sainement

 

Reproduire les repas de nos ancêtres

 

La troisième étape pour manger sainement est de se calquer sur “l’assiette” de nos ancêtres chasseur-cueilleurs.

 

Leur alimentation se reposait principalement sur les légumes et les fruits. Ils ne consommaient pas de céréales et le seul sucre raffiné était le miel.

 

Légumineuses, légumes et fruits doivent donc représenter plus de 50% de votre alimentation. Ils sont pleins de vitamines, minéraux et enzymes qui vous permettent de mieux digérer, d’avoir de l’énergie et d’être en meilleure santé !

 

En savoir plus sur le régime de nos ancêtres et comment l’adopter, cliquez ici : Régime paléo : retour à une alimentation saine et naturelle ?

 

manger mieux

 

Se détoxifier en profondeur avec le jeûne intermittent ?

 

Enfin, il existe une dernière étape qui n’est pas obligatoire. Elle est très complémentaire avec les trois précédentes. Car grâce elle, vous allez pouvoir nettoyer votre organisme, retrouver la forme et être en meilleure santé.

 

Si l’insuline et l’IGF existent, c’est pour faire en sorte que notre corps puisse constituer des réserves (de gras et d’énergie) pendant les moments d’abondance. Mais elles permettent également de favoriser la création de nouvelles cellules au bon moment.

 

Il existe un mécanisme inverse, qui ne se déclenche que lorsque le corps est complètement à jeun. Il permet de déstocker les graisses pour les utiliser comme énergie, mais aussi de supprimer les cellules malades et défectueuses.

 

Un bon moyen pour retrouver ce mode de fonctionnement naturel du corps est le Jeûne Intermittent. Vous pouvez en savoir plus en consultant ce Guide sur le Jeûne Intermittent.

 

pourquoi manger sainement

 

Les aliments à bannir et à remplacer : aliments vivants, aliments sains et aliments morts

 

Vous l’aurez compris, pour manger sainement, il faut absolument bannir les aliments industriels.

Car ils contiennent des sucres raffinés et des huiles hydrogénées ou partiellement hydrogénées. Les farines blanches et dérives doivent aussi être bannis. Pourquoi ? Car ce sont des aliments morts !

 

La différence entre aliments morts et aliments vivants :

 

Quand on veut manger sainement, il est important de bien comprendre la différence entre aliments morts et aliments vivants. Ce concept est à la base de l’alimentation vivante, ou ce qu’on appelle manger cru ou manger vivant.

 

Les aliments morts, des aliments qui tuent la vie

 

Les aliments morts sont les aliments industriels, les farines blanches, et en général les aliments trop transformés.

 

Les processus de transformation et d’industrialisation, en plus de la cuisson à haute température, provoquent la mort de ces aliments.

 

Car ces processus détruisent la vie de ces aliments : les enzymes, les vitamines et minéraux. Par conséquent, ces aliments deviennent biocidiques : ils tuent la vie !

 

Car notre corps va devoir utiliser ses réserves enzymatiques pour combler le manque crée par ces aliments. Car il a besoin d’enzymes pour digérer les aliments. Or, plus nous piochons dans ses réserves, moins il y en a et plus nous allons « manquer de vie ».

 

En effet, ces réserves sont essentielles pour assurer le bon fonctionnement de notre organisme. Elles nous procurent une énergie vitale et nous permettent d’être en bonne santé !

 

cookies-1803882_1280

 

Les aliments vivants, des aliments qui procurent de la vitalité

 

Au contraire, les aliments vivants n’ont connu aucun processus de transformation, de cuisson ou d’industrialisation. Ce sont des aliments bruts, peu ou pas transformés. Ces aliments forment la base de l’alimentation ancestrale.

 

Manger cru permet d’apporter de la vitalité à notre organisme : des enzymes ! Les aliments vivants sont bioactifs, et non biocidiques. Ils permettent de recharger nos réserves enzymatiques. En les consommant, vous allez également préparer le terrain aux aliments cuits ou mi-cuits.

 

Cliquez ici pour découvrir comment manger cru et manger vivant !

 

Enfin, pour manger sainement, l’alimentation ancestrale et vivante est parfaite : elle ne contient que des aliments sains. Voyons ce que c’est exactement :

 

L’alimentation ancestrale et vivante : les aliments pour manger sainement.

 

Rassurez-vous, quand je vous parle d’alimentation ancestrale, je ne vous parle pas d’aller chasser le mammouth laineux !

 

L’alimentation vivante et ancestrale consiste plutôt à se nourrir principalement avec des aliments sains et naturels, peu ou pas transformés (bruts), et qui étaient (facilement) disponibles pour nos ancêtres.

 

Ce terme d’ancêtres regroupent à la fois les chasseurs-cueilleurs du paléolithique, mais aussi nos ancêtres moins lointains. C’est-à-dire les générations pré-1950. Elles ont connu une alimentation, plus riche en produits transformés et en sucre raffiné certes. Mais celle-ci n’était pas dans les proportions atteintes après 1950/1960.

 

alimentation saine

 

Manger sainement : Régime paléo et alimentation ancestrale

 

Manger sainement, comme un chasseur-cueilleur, est appelé « régime paléo ». Cette alimentation est basée sur les pratiques de ces ancêtres. Elle exclut tous les aliments issus de l’agriculture, apparue il y a 10 000 ans.

 

Mais selon mon expérience, elle est parfois un peu trop extrême. Dans un premier temps, il n’est pas nécessaire de bannir tous les produits issus de l’agriculture. Vous pouvez consommer certains féculents ou produits céréaliers. L’important est d’éviter soigneusement les farines blanches, trop transformés. Nous verrons une liste d’aliments sains juste après.

 

L’alimentation vivante, elle, concerne les aliments dits “vivants” ou “bioactifs”. Ils sont surtout des végétaux, donc des légumes, des fruits ou des oléagineux.

 

Vous pouvez aussi consommer des produits d’origine animales. Mais cela n’est pas une obligation !

 

Si possible, ces aliments doivent être de bonne qualité : des produits bio, issus de la ferme, peu ou pas traités, ou dont vous êtes sûr de la provenance. Je vous invite à vous tourner vers des marchés de fermiers ou artisans locaux, si vous en avez la possibilité.

 

Pour la viande, veillez à connaître au mieux le parcours de l’animal : alimentation, condition de vie, etc.

 

alimentation saine

 

Une petite liste de ces aliments vivants et ancestraux :

 

  • Tous les légumes frais : choux, carottes, poivrons, etc.
  • Les salades ou pousses vertes : épinards, mâche, etc.
  • Tous les fruits frais : tomates, kiwis, avocats, etc.
  • Tous les oléagineux, graines et noix (trempées et/ou germées) : amandes, noisettes, etc.
  • Les plantes sauvages comestibles : orties, pissenlits, etc.
  • Les boissons ou aliments lactofermentés (comme la choucroute non cuite)
  • Les poissons : saumon, truite, etc.
  • Les viandes de bonnes qualités
  • Les œufs bio
  • Certaines huiles, comme celle d’olive, de noix de coco, etc.

 

Aliments complémentaires tolérés :

 

  • Les féculents et produits céréaliers peu modifiés par l’Homme : patates douces, riz sauvage, lentilles corail, boulghour, etc.
  • Certains laitages ou fromages fermiers

 

Les aliments à éviter ou bannir :

 

  • Les aliments raffinés, transformés, industriels : sodas, gâteaux, pâtisseries, etc.
  • Les sucres : bonbons, sucres blancs, etc.
  • La majorité des céréales : les produits issus du blé et de sa farine, riz blanc, pains blancs, pâtes industrielles, etc.
  • La plupart des produits laitiers : lait industriel pasteurisé, fromages non fermiers, yaourts, beurre non fermier, etc.

 

manger sain

 

Comment manger sainement ? Les actions et habitudes-clés pour avoir une alimentation saine

 

Pour manger sainement, il faut absolument se débarrasser des aliments industriels et des farines blanches – des mauvais glucides. Nous les avons vus juste avant, maintenant vous allez voir quelques actions et habitudes à mettre en place pour adopter une alimentation saine !

 

Elles vous aideront à éviter les aliments malsains et à manger sainement plus facilement.

 

Car le meilleur moyen pour manger sainement à long terme est de changer ses habitudes en limitant au maximum les occasions de “craquer” sur un produit industriel ou des aliments malsains. Ces différentes actions vont vous aider à manger sainement :

 

Vider vos placards

 

La première étape pour manger sainement est de vider vos placards. Bien sûr, je ne vous recommande pas de tout jeter. Vous pouvez en faire don à des proches, des amis ou des associations.

Profitez de ce don pour expliquer vos motivations à arrêter votre consommation de ces aliments et à manger sainement. Peut-être que ce don sera l’occasion d’inspirer vos proches et amis !

Vous ne devez garder que l’indispensable pour manger sainement. Grâce à cette action, vous pourrez partir sur de bonnes bases. Les placards vides d’aliments industriels ou de farines blanches vous éviteront bien des écarts et des craquages. Et oui, il est difficile de faire un écart quand il n’y a aucun aliment malsain à porter de main.

 

Organiser vos repas de la semaine

 

La seconde étape pour manger sainement sera d’organiser vos repas de la semaine. Vous ne devez pas forcément prévoir au jour le jour ce que vous allez manger. Mais vous pouvez simplement déterminer un menu et des repas types pour votre semaine. Nous en verrons quelques-uns à la fin pour vous donner une idée.

 

Cette étape vous permettra d’avoir une vision claire de vos futurs repas et de votre garde-manger. Vous pourrez ainsi préparer une liste de liste pour manger sainement.

 

Faire une liste de courses et s’y tenir

 

Car la liste de courses est sûrement l’outil le plus efficace pour manger sainement. Et oui, c’est tout simple, mais faire une liste de courses et vous y tenir vous évitera d’acheter des produits et aliments malsains !

 

Et rien n’est plus efficace pour manger sainement que de ne plus acheter tous ces produits. Ils ne seront pas chez vous, vos placards sont propres et remplis de produits sains : fini la nourriture malsaine !

 

Si vous n’avez pas de plats préparés ou autres préparations industrielles, vous serez obligés de cuisiner et de vous préparer un bon petit plat maison. C’est pourquoi je vous encourage à n’acheter que des ingrédients bruts, peu ou pas transformés.

N’hésitez pas à aller voir ma pyramide des aliments sains pour vous faire une idée de ce qui est bon ou non !

 

A long terme, cela va faire une grande différence. Car petit à petit vous allez perdre l’habitude et le goût de les consommer.

 

Par exemple, je n’achète plus de produits industriels ou sucrés depuis des années. Aujourd’hui, cela me dégoûte de manger certains gâteaux, jus de fruits ou pâtes à tartiner. Car mon palais et mon cerveau ne sont plus habitués. Et quand je les manger, je suis dégoûté par la haute quantité de sucre et d’autres produits ajoutés. Ce qui ne m’encourage pas à les manger et à en acheter.

C’est un cercle vertueux.

 

Au contraire, vous retrouverez le goût des bonnes choses. Et surtout, ne vous inquiétez pas : vous pourrez toujours craquer au restaurant avec des amis ou lors d’un repas de famille. C’est bien mieux de se faire plaisir avec un bon dessert fait maison qu’avec un gâteau industriel, n’est-ce pas ?

 

dessert sain

 

Ne jamais faire les courses en ayant faim

 

Voici une petite astuce et habitude supplémentaire, qui va vous aider à vous tenir à votre liste de courses : ne faites jamais les courses en ayant faim !

 

C’est le meilleur moyen de craquer sur des produits industriels, sucrés et mauvais pour la santé.

 

Au contraire, si vous êtes rassasiés en allant faire vos courses, vous aurez moins tendance à céder à la tentation. Votre volonté sera plus forte. Car votre cerveau ne vous criera pas “j’ai faim ! j’ai faim !” dès que vous passerez devant un aliment malsain.

 

Faire des gros repas et manger jusqu’à satiété

 

Picorer pendant les repas, c’est prendre le risque d’avoir faim entre et donc de céder à la tentation d’une douceur sucrée (et mauvaise pour vous).

 

Il ne faut pas hésiter à manger de grosses assiettes et à se resservir si vous avez encore faim. Si elles sont remplis d’aliments sains comme des légumes, des bonnes protéines ou graisses ou des bons glucides, je vous rassure. Vous n’allez pas grossir ou stocker du gras. Au contraire, vous serez rassasiés !

 

Et quand plus tard dans la journée, vous serez face au choix – ce produit sucré ou non ? – le fait que vous n’ayez pas faim et que vous soyez encore bien plein du dernier repas vous aidera à ne pas craquer.

 

repas sain

 

Changer et prévoir ses en-cas ou collations

 

Avec des placards remplis d’aliments sains, vous ne risquez plus de craquer sur des gâteaux, biscuits et autres produits pour le goûter. Des aliments remplis de sucre et mauvais pour votre santé !

 

A la place, vous pouvez les remplacer par des aliments sains. Dans cette liste, nous avons : les fruits (bananes, orange, pommes, etc.) ou les oléagineux (noix, noix de cajou, amandes, noisettes, etc.) qui ne sont ni grillés ni salés.

 

Ensuite, je vous recommande de toujours prévoir un en-cas sain lorsque vous sortez. Ainsi, vous êtes sûr de ne pas craquer à cause d’une petite faim. En ayant toujours une collation personnelle sur nous, nous n’aurons aucune utilité à acheter cette barre chocolatée dans la machine. Ni même à accepter ce biscuit proposé par un collègue. Vous réduisez les chances de céder et vous augmenter votre réservoir à volonté !

 

bien manger

 

Remplacer votre petit déjeuner ou supprimer le !

 

Les premiers aliments que vous mettez dans votre estomac ont un grand impact sur toute votre journée.

 

Si vous commencez votre journée par un combo biscotte / beurre / confiture / chocolat / jus d’orange, je peux vous assurer que votre corps ne vous le pardonnera pas. Alors certes, c’est délicieux sur le moment… Enfin ça dépend pour qui.

 

Mais votre taux de sucre dans le sang va exploser. Votre corps va donc sécréter beaucoup d’insuline pour éviter l’empoisonnement et va stocker tout ça sous forme de gras. Ce gras va finir dans vos réserves : cuisses, ventre, hanches, autour des organes.

 

Et ce n’est pas fini : rapidement, votre taux de sucre va chuter à cause du pic d’insuline. Vous allez donc avoir une crise d’hypoglycémie. Votre corps va vous réclamer du sucre. Il est donc probable qu’à 10H, vous ayez subitement faim et que vous craquiez sur un produit… sucré.

 

Et c’est reparti pour un tour. Sachant que vous allez passer la journée dopée à l’insuline, votre corps va systématiquement stocker sous forme de graisse les sucres que vous consommez.

 

petit déjeuner

 

Sur le long terme, cela a plusieurs impacts :

Le premier : vous allez grossir et prendre du gras visible. Votre apparence physique est touchée.

Le second : vous allez devenir résistant à l’insuline, ce qui mène au diabète. Votre santé prend un sacré coup.

Le troisième : les différents pics d’insuline et de sucre dans le sang vont causer des pannes d’énergie, de la somnolence, de la fatigue et des difficultés d’attention… Consommer beaucoup de sucre mène également sur le chemin de la dépression. Votre vie quotidienne et votre bonheur sont dégradés.

 

Comment remplacer son petit-déjeuner pour manger sainement ?

 

En somme, il est urgent de remplacer son petit déjeuner sucré par un petit déjeuner à base de produits sains et n’ayant pas d’impact sur la glycémie :

  • Des protéines comme les œufs, la viande (bacon) ou le poisson (même si éviter la sardine au réveil peut sauver vos relations professionnelles, amicales et amoureuses)
  • Des fruits ou des légumes : pomme, banane, orange, comme vous voulez !
  • Des bonnes graisses : oléagineux, avocat, œufs, etc.
  • Des bons glucides (avec modération) : pain complet à la place de la baguette par exemple.

Ou alors, comme moi, vous pouvez décider de vous passer de petit-déjeuner. Pour éviter de surcharger cet article, je vous recommande de consulter mon guide sur le Jeûne Intermittent. Même si cela ne vous intéresse pas à première vue, n’hésitez pas à le lire. Cette méthode peut changer votre vie, elle a changé la mienne !

 

jeûne intermittent

 

Comment préparer vos repas et composer vos assiettes pour manger sainement ?

 

Quelques conseils pour préparer un repas sain :

 

Pour préparer un repas sain, rien de plus simple. Votre assiette doit être composer de plusieurs éléments :

  • Des légumes et végétaux, riches en micronutriments : vitamines et minéraux.
  • Des protéines, pour vous apporter les acides aminés essentiels.
  • Des lipides, pour vous apporter les acides gras essentiels.
  • Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter des glucides.

 

Votre assiette pour manger sainement doit s’articuler en trois parties :

 

Un tiers de légumes et végétaux : ils peuvent être crus, mi-cuits ou cuits. Si possible, essayez de varier les différentes cuissons. Vous pouvez par exemple assembler des pousses de salades fraîches, avec des brocolis et oignons cuits. Ou des carottes cuites avec des tomates fraîches.

 

Un tiers de protéines : ces protéines peuvent provenir de différentes sources. Ainsi, vous pouvez tout aussi bien manger du blanc de poulet, des œufs ou des sardines. Si vous ne mangez pas de viande ou de produits animaliers, je vous recommande d’opter pour des légumineuses ou céréales avec un haut taux de protéines, comme le quinoa, les haricots rouges ou blancs, etc.

 

Un tiers de glucides et/ou lipides : pour le dernier tiers, vous pouvez ajouter ce qu’il vous fait plaisir. Je vous recommande de bien faire attention à vos besoins. Par exemple, après un effort physique, il peut être intéressant de consommer des glucides.

 

Ainsi, ce tiers peut être occupé par des légumineuses, des céréales ou des féculents. Il peut aussi être constitué d’un fruit gras, comme un avocat ou des noix. Ou bien un mélange des deux.

 

Il est à noter que vos sources de protéines peuvent être des sources de lipides. Les œufs ou les poissons gras en sont un bon exemple. Les viandes de bœufs ou de porc aussi.

 

comment bien manger

 

Comment savoir si vous respectez vos besoins quand vous mangez sainement ?


Pour conserver un métabolisme élevé, et donc une bonne santé et forme, il faut consommer suffisamment de calories pendant vos repas. Si ce concept de métabolisme n’est pas très clair, je vous recommande de
consulter cet article sur le Métabolisme et comment l’entretenir.

 


Si vous souhaitez manger sainement, il faut réduire et bannir les aliments industriels certes. Mais vous ne devez surtout pas vous priver ! La privation entraîne l’inverse des résultats souhaités avec une alimentation saine.

 

Il est important de manger en quantité suffisante pour entretenir son métabolisme.

 

Il existe deux moyens pour s’assurer que nos besoins en calories et macronutriments sont respectés :

 

Utiliser une application ou un tableur Excel pour compter vos calories et macro

 

Si vous changez d’alimentation, je vous recommande d’utiliser pendant un temps une application pour compter vos calories et connaître leur provenance.

 

Ainsi, vous êtes sûrs de ne pas tomber dans le piège de la privation et de respecter votre métabolisme. Je vous recommande une excellente application gratuite (aucun partenariat) : Fitatu. Je l’utilise moi-même de temps en temps pour m’assurer que je mange suffisamment !

 

L’idée n’est pas de peser au gramme près votre nourriture. Surtout pas ! Sinon vous allez tomber dans le travers du bodybuildeur. Nous ne sommes pas là pour nous compliquer la vie. Mais pour manger sainement, dans le but d’être en bonne santé et d’avoir de l’énergie.

 

Vous pouvez simplement indiquer sur l’application la quantité approximative de ce que vous avez consommé. Cela vous donne une idée de comment vous mangez et en quelle quantité. Surtout, vous allez pouvoir progressivement glisser vers la seconde méthode :

 

Se fier à son sentiment de faim, à son ressenti et à son métabolisme

 

Selon moi, cette méthode est le meilleur moyen de gérer ses apports à long terme. Mais elle demande une bonne connaissance de ses besoins et surtout une bonne capacité d’analyse et d’écoute de soi. Car cela demande de respecter les signaux que nous envoie notre organisme.

 

Ces signaux sont :

  • La faim,
  • La fatigue,
  • L’humeur,
  • La libido,
  • La motivation,
  • Le temps d’endormissement.

 

Ces éléments sont connectés à votre métabolisme. En gros, si votre métabolisme baisse, vous allez progressivement ressentir de la faim, de la fatigue puis de la mauvaise humeur. Moins vous respectez vos besoins en calories et vos apports, plus il sera perturbé.

 

C’est pourquoi je vous invite à d’abord situer vos besoins avec une application, puis à adopter cette méthode. Car se fier à ses ressentis, c’est le meilleur moyen de mieux se connaître. Surtout, cela vous évite de vous prendre la tête en permanence.

 

Et quand on commence à manger sainement, l’important est de ne pas trop s’embêter et se prendre la tête ! Sinon nos pensées sont parasitées. Personne ne souhaite cela, non ?

 

manger sainement

 

Quelques recettes pour manger sainement !

 

Après toutes ces explications, il est temps de passer aux solutions les plus gourmandes ! Pour vous aider à manger sainement, je vous propose de découvrir plusieurs recettes très saines et super simple à réaliser :

 

Poêlée aux légumes et viande hachée

 

Ingrédients :

Viande hachée (en fonction de vos besoins)

Poivron

Courgette

Tomate

Patate douce ou patate

1 oignon et 1 gousse d’ail

Sel et poivre

 

Comment faire :

  • Coupez tous les légumes en cubes
  • Mettez l’oignon à part
  • Badigeonnez-les autres légumes d’huile d’olive dans un saladier
  • Faites chauffer la poêle
  • Ajoutez les oignons, puis une minute après, la viande hachée puis les légumes
  • Recouvrez et laissez cuire une petite demie heure à feu doux
  • Faites cuire les 5 dernières minutes à feu vif pour les griller légèrement

 

Vous pouvez ajouter à votre assiette un demi-avocat pour les lipides, ou une tranche de pain complet à la place des patates. Je vous recommande un carreau de chocolat noir 90% pour votre dessert.

 

Brocolis, tomates et poulet savoureux

 

Ingrédients :

Escalope de poulet (en fonction de vos besoins)

Brocolis

Tomate

1 oignon et 1 gousse d’ail

Sel et poivre

 

Comment faire :

  • Coupez tomate et poulet en petit dé, ainsi que l’oignon
  • Faites chauffer la poêle
  • Ajoutez une cuillère d’huile d’olive, puis les oignons, une fois jaunies, vous pouvez ajouter la dinde puis les brocolis et les tomates quelques minutes après.
  • Laissez cuire à feu doux
  • Ajouter de la crème fraîche, du yaourt grec et même du fromage si vous en avez l’envie (apport en lipide)
  • Faites cuire les 5 dernières minutes à feu vif pour griller légèrement

 

Purée de courge et patate douce

 

Ingrédients :

Patate douce

Courge butternut

Beurre bio ou fermier

 

Comment faire :

  • Dans une marmite pleine d’eau bouillante, ajouter patate douce et courge coupée en morceaux
  • Faites chauffer jusqu’à que les deux aliments soit légèrement mou
  • Enlevez l’excédent d’eau
  • Écrasez les patates et la courge, puis ajouter le beurre et brassez l’ensemble jusqu’à obtenir une texture moelleuse
  • Servez avec une viande, des œufs, un poisson ou bien des légumineuses (pour les protéines)
  • Ajoutez un demi-avocat pour les lipides si besoin

 

Salade gourmande : œuf, sardines et salade verte

 

Pour les micronutriments :

Salade verte

Puis légumes au choix :

Carotte

Chou rouge

Pousse d’épinard

Tomate

Etc.

 

Pour les lipides et protéines :

Sardines ou maquereaux à l’huile d’olive ou à l’eau (surtout pas tournesol ou autre condiment)

Œufs

(Avocat)

 

Pour les glucides :

Légumineuses ou féculents : quinoa ou boulghour froid, haricots froids, etc.

Pain complet

 

Pour la sauce :

Huile d’olive, vinaigre balsamique, sel et poivre

 

Poivron farci aux haricots rouges

 

Ingrédients :

Des gros poivrons

Haricots rouges cuits

Oignons

Gousse d’ail

Maïs (optionnel)

Viande hachée (optionnel)

 

Comment faire :

  • Dans une poêle, faire cuire les oignons puis les éventuels légumes et viande hachée, puis les haricots rouges (cuits).
  • Préparer les poivrons : couper le sommet en enlevant la tige, vider l’intérieur des grains.
  • Ajouter la mixture oignons – légumes – haricots dans les poivrons, tenus droits.
  • Vous pouvez ajouter crème fraîche, yaourt grec ou fromage (si vous le souhaitez) avant d’ajouter le sommet du poivron comme couvercle.
  • Enfourner au four entre 150 et 200 degrés pour une dizaine de minutes
  • Dégustez et servez avec un demi-avocat pour les lipides !

 

Buddha bowl avec ou sans glucides

 

Ce buddha bowl se consomme froid. Vous pouvez le consommer avec glucides : riz basmati, ou sans glucides : chou-fleur.

 

Ingrédients :

Chou-fleur ou riz basmati

Tomate

Pousse d’épinard

Avocat

Œuf dur

Saumon ou truite saumonée

Carotte

Citron

Huile d’olive

 

Comment faire ?

  • Râpez le chou-fleur ou faites cuire le riz basmati
  • Puis faites revenir le chou-fleur à la poêle (huile d’olive ou de coco)
  • Coupez les légumes, l’avocat et faites cuire les œufs ou le saumon pendant ce temps
  • Mélangez le tout dans un grand bol
  • Ajoutez l’huile d’olive et le citron pour la sauce
  • Dégustez !

 

Si vous avez des questions ou des idées de recettes, n’hésitez pas à les proposer en commentaires ! En conclusion, j’espère vous avoir donner le maximum d’informations pour pouvoir manger sainement. 

 

Oméga 3 / oméga 6 : le déséquilibre qui provoque mauvaise santé et prise de poids

Oméga 3 / oméga 6 : le déséquilibre qui provoque mauvaise santé et prise de poids

Avez-vous déjà entendu parler du rôle des oméga 3 ? Est-ce que vous connaissez la différence entre oméga 3 et oméga 6 ? Surtout, saviez-vous que les omégas 3 sont essentiels pour être en bonne santé, pour garder une silhouette svelte et rester en forme ?

 

Maintenir un bon ratio oméga 3 / oméga 6 vous assure d’être en bonne santé et en pleine forme. Malheureusement, l’alimentation actuelle provoque un déséquilibre, néfaste à long terme.

 

Dans cet article, vous allez découvrir ce que sont les oméga 3 et les oméga 6. Vous allez aussi apprendre pourquoi nous devons conserver un bon ratio entre les deux, et surtout, pourquoi notre alimentation moderne provoque un déséquilibre et comment nous pouvons rétablir cet équilibre entre oméga 3 et oméga 6.

 

oméga 3 saumon

 

Oméga quoi ? Les oméga 3 et oméga 6, des acides gras essentiels :

 

Définition : oméga 3 et oméga 6

 

Les oméga 3 et oméga 6 sont des acides gras polyinsaturés. Ils sont même considérés comme des acides gras essentiels. Cela signifie que notre organisme humain en a absolument besoin et qu’il ne peut les produire lui-même.

 

Ils participent notamment au bon fonctionnement du système cardiovasculaire, cérébral, hormonal et aide à la construction des membranes cellulaires.

 

Ce que vous apporte les oméga 3 et les oméga 6


Oméga 3 comme oméga 6 sont vitaux pour notre organisme, mais ils ne provoquent pas les mêmes effets.

 

Les oméga 6 sont les précurseurs de certaines molécules. Ces molécules ont un rôle essentiel dans les mécanismes de l’inflammation. Elles permettent aussi d’assurer la bonne santé de vos vaisseaux sanguins et du sang (plaquettes, vasomotricité, etc.).

 

Les oméga 3 participent à la construction de notre système nerveux, ils rendent les cellules plus souples et sont anti-inflammatoires. Encore mieux, ils limitent la fabrication des cellules adipeuses !

 

oméga 3

 

Pourquoi conserver un bon ratio oméga 3 / oméga 6 ?


Les oméga 6 sont bons pour la santé tant qu’il n’y a pas de déséquilibre.

Car les oméga 6 sont nécessaires pour assurer la réparation de nos cellules ainsi que la réponse inflammatoire et la coagulation. Des mécanismes naturels qui permettent de réparer une blessure.

 

Malheureusement, quand il y a un déséquilibre, les oméga 6 ne sont plus contrebalancés par les oméga 3 – qui sont des anti-inflammatoires.

Et quand nous ne consommons pas assez d’oméga 3, ces mécanismes vont devenir incontrôlables. Nos cellules vont devenir trop rigides, nous allons coaguler facilement et les réponses inflammatoires aux agressions extérieures vont être décuplées.

 

Un trop grand déséquilibre entre oméga 3 et oméga 6 facilitent également le stockage des graisses.

Or, à long terme, ce mauvais ratio entre les deux peut mener à des maladies cardiovasculaires ou dégénératives, comme les cancers. La faute aux troubles inflammatoires principalement.

 

Notre équilibre physiologique dépend donc étroitement de cet équilibre entre oméga 3 et oméga 6. Notre santé à long terme et notre forme à court terme également.

Pour être en bonne santé, nous devrions donc respecter un ratio de 1 à 5 (1g d’oméga 3 pour 1g d’oméga 6), un ratio plus important pouvant être très néfaste voir nocif.

 

Mais qu’est-ce qui provoque ce ratio oméga 3 / oméga 6 déséquilibré ?

 

oméga 6

 

L’alimentation moderne à base de produits industriels provoquent le déséquilibre oméga 3 / oméga 6


Le sucre est souvent le premier mis en cause, quand on parle de mauvaise santé, de mal-être et de manque d’énergie.

Or, notre consommation d’oméga 6 est également une grande cause de tous nos maux modernes. La faute encore une fois à notre alimentation occidentale moderne, qui se base sur des produits industriels ou transformés.

 

La première cause du déséquilibre oméga 3 / oméga 6 : les huiles végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées


Je l’évoquais déjà dans l’article
« Régime alimentaire occidental : 56% de nos calories viennent de 3 sources inexistantes à la création de nos gènes » : une des révolutions de notre alimentation est l’explosion des huiles végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées.

 

Il y deux problèmes majeurs avec ces huiles :

 

Premièrement, ce sont des huiles oméga-6 (soja, palme, colza, tournesol). Elles possèdent un ratio largement défavorable entre oméga 3 et oméga 6.

L’exemple le plus flagrant se trouve avec les margarines (un substitut du beurre à base d’huiles végétales) : les margarines à base d’huile de tournesol possèdent 70 fois plus d’oméga-6 que 3, pour celles de soja, 7 fois plus.

 

Deuxièmement, les aliments industriels contiennent énormément d’huiles végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées. Elles ont été modifiées pour rester solide à température ambiante (ce qui est contraire à leur nature). Cette modification les rend encore moins digestes et augmente leurs propriétés inflammatoires.

 

Pour les industriels, c’est un gros avantage : elles ne peuvent pas rancir, donc les produits peuvent rester plus longtemps dans les rayons.

La production et consommation de ses huiles a explosé après 1940 : en même temps que la courbe d’obésité et du nombre de cancers.

 

élevage plein air

 

La seconde cause : les produits animaliers issus de l’élevage industriel

 

Une des révolutions majeures dans notre alimentation moderne est que nous sommes passé d’un élevage en plein air, avec des animaux d’élevage qui consomment de l’herbe fraîche riche en oméga-3, à des élevages en batterie avec une alimentation pour animaux à base de maïs, soja ou blé, qui ne contiennent pas d’oméga-3.

 

Ce déficit induit par notre alimentation et celle de nos animaux d’élevage provoquent une carence en oméga 3. Notre corps doit recevoir autant d’oméga-3 que 6 pour maintenir un équilibre, ce qui est le cas par exemple dans des œufs de poule élevées en plein air.

Car même les œufs de poule, un des aliments naturels par excellence, sont devenus déséquilibrés à cause de l’alimentation en batterie.

 

Pour couronner le tout, de nombreuses hormones données aux animaux d’élevage provoquent une prise de poids rapide, ainsi qu’une sécrétion forte d’IGF – une hormone responsable de troubles inflammatoires.

 

Dans le livre « Anticancer » de David Servan-Schreiber (lien sponsorisé), les dangers du sucre et du ratio déséquilibré entre oméga 3 et oméga 6 sont très bien expliqués.

Selon l’auteur, la surconsommation de sucre est la première réponse à l’énigme de l’explosion parallèle des cancers et de l’obésité.

Le déséquilibre entre acides gras essentiels (oméga 3 et oméga 6) et donc la surconsommation folle d’oméga-6 qu’il entraîne étant la seconde réponse, la seconde clé de l’équation infernale qui explique la dégradation de notre santé et de notre forme.

 

oméga 3 oméga 6

 

Comment rétablir un bon ratio oméga 3 / oméga 6 ?

 

Comme nous venons de le voir, le cœur du problème se situe dans notre façon de nous alimenter. Surtout, ce déséquilibre est causé par une alimentation centrée sur des aliments industriels et surtout sur des viandes, œufs et autres produits animaliers issus de l’élevage intensif.

 

Retrouver une alimentation saine, ancestrale et vivante est donc nécessaire pour s’assurer d’être en bonne santé à long terme, de perdre du poids et de retrouver la forme à court terme. C’est également un bon moyen pour se sentir bien dans sa peau et dans sa vie.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter cette vidéo : Pourquoi adopter une alimentation ancestrale et comment le faire ?

Voici plusieurs étapes pour améliorer votre ratio oméga 3 / oméga 6 et mettre en place une alimentation saine :

 

Première étape : bien choisir ses produits animaliers et privilégier la qualité à la quantité

 

Que ce soit pour le bien des animaux ou pour notre bien à nous, bannir les aliments issus des élevages industriels semble nécessaire, voir urgent.

Si vous ne consommez pas de viandes, ni d’œufs ou produits animaliers, alors vous pouvez sauter cette étape : vous vous évitez pas mal de soucis.

 

Si comme moi, vous consommez de la viande, des œufs ou des produits laitiers (par exemple), voici les solutions et actions à mettre en place :

  • Choisir les bons produits. Pour les œufs, choisissez des œufs issus de poules élevées en plein air, avec de l’herbe fraîche ou ayant 5% de leur alimentation constituée de graines de lin. Idem pour la viande, privilégiez le bio ou le local.
  • Veiller à connaître l’alimentation des animaux dont vous consommez les produits. Par exemple, le label « Bleu Blanc Cœur » permet de reconnaître les produits animaliers ayant ces 5% d’alimentation à base de graines de lin – ce qui suffit à rétablir un bon équilibre oméga 3 / oméga 6.
  • Remplacer la viande par des œufs de bonnes qualités ou encore mieux, par des poissons gras ! Les plus petits étant les meilleurs (sardines, maquereaux) car ils sont moins contaminés par les différents polluants. Le saumon est également acceptable.
  • Réduire sa consommation de viandes et produits animaliers. La viande a tous les repas, ce n’est pas obligatoire.
  • Privilégier les poissons frais ou en boîte : la congélation dégrade le ratio oméga 3 / oméga 6
  • Le beurre ou le fromage équilibrés en oméga-3 ne contribuent pas à l’inflammation également : comme pour le reste des produits animaliers, il faut prendre les produits bio d’animaux élevés en pâturage ou produits filière lin (Bleu-Blanc-Cœur).

 

Privilégier ces lipides (acides gras) permet au corps d’être en meilleure santé, en meilleure forme, tout en vous aidant à conserver un bien-être durable et une silhouette svelte !

 

oméga 3 poissons

 

Deuxième étape : bannir les aliments et produits industriels de votre alimentation


Comme nous l’avons vu, les huiles végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées sont partout.

Impossible de rétablir un bon ratio oméga 3 / oméga 6 sans s’assurer que notre alimentation n’en contient quasiment plus. Pour cela, il faut supprimer de notre alimentation quotidienne les aliments et produits industriels.

 

Voici quelques solutions et actions à mettre en place pour vous assurer un bon ratio oméga 3 et oméga 6 :

  • Eviter toutes les graisses végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées et toutes les graisses animales déséquilibrées en oméga-6. Exemple : les margarines, les huiles de cuisson, etc.
  • Remplacer les par les huiles d’olive ou de colza, qui sont excellentes et ne favorisent pas l’inflammation. Vous pouvez les utiliser pour la cuisson ou l’assaisonnement.
  • Bannir les plats préparés et autres préparations industrielles, ainsi que les gâteaux, les pâtes à tartiner et autres produits issus de l’industrie agroalimentaire.
  • Les remplacer par des préparations artisanales ou maisons, ou par des aliments bruts, peu ou pas transformés.

 

Pour en savoir plus sur les aliments à consommer pour être en pleine santé et en super forme, vous pouvez également consulter cet article : La nouvelle pyramide alimentaire pour avoir une bonne santé.

Dans cet article, vous trouverez de nombreux principes pour vous constituer une alimentation saine, ancestrale et vivante, seule garante d’un bon ratio oméga 3 et oméga 6.

 

poissons gras oméga 3

 

Troisième étape : consommer des aliments riches en oméga 3

 

Appliquer les deux étapes précédentes vous assure une alimentation équilibrée entre oméga 3 et oméga 6.

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi inclure davantage d’aliments riches en oméga 3.

 

Voici la liste des principaux aliments riches en oméga 3 :

  • Les poissons gras : saumon, flétan, hareng, maquereau, anchois et sardines. Précision : s’il est surgelé, le poisson ne contient plus d’oméga-3 au bout de 6 mois de congélation. Il est donc important de vérifier la date de pêche.
  • Le lin, le chia ou le chanvre
  • Les noix et oléagineux

 

complément alimentaire oméga 3

 

Quatrième étape : se supplémenter en oméga 3 / prendre des compléments alimentaires oméga 3

 

C’est la dernière étape pour s’assurer d’un bon ratio oméga 3 et oméga 6. Cependant, je dois être honnête avec vous : vous n’aurez aucun résultat si votre alimentation n’est pas déjà épurée.

 

Si votre alimentation repose sur la viande industrielle et sur des préparations industrielles, quelques suppléments ou compléments alimentaires oméga 3 n’auront aucun effet si ce n’est vider votre portefeuille.

 

En revanche, les bons suppléments associés à une alimentation saine et équilibrée peuvent permettre d’atteindre la semi-perfection. Votre alimentation représente 95% des résultats, les suppléments vous permettront de combler le reste.

 

Ils peuvent être intéressants si vous pratiquez une activité sportive très soutenue : car les oméga 3 réduisent l’inflammation, ils peuvent vous éviter de nombreux soucis à moyen/long terme et améliorer votre récupération. Personnellement, je consomme un supplément en oméga 3 pour ces raisons.

 

Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à le partager. Et si des questions subsistent, je vous répondrai avec plaisir.

 

Je ne suis ni scientifique ni médecin, ces informations sont issues de différentes sources ainsi que de mon expérience personnelle.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter les sources suivantes :

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/biologie-obesite-favorisee-trop-omega-6-24506/

https://veganhealth.org/omega-3s/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23817872

Pour aller encore plus loin, ce livre est un petit bijou :

Anticancer de David Servan-Schreiber (lien sponsorisé)

Pourquoi nous devrions consommer quotidiennement du thé vert ?

Pourquoi nous devrions consommer quotidiennement du thé vert ?

Certains aliments sont des bénédictions pour notre forme et notre santé : le thé vert en fait partie. Cette plante est fabuleuse, et permet de prévenir plus d’une soixante de maladies, tout en nous aidant à atteindre une meilleure forme physique et mentale !

 

Le thé vert est utilisée comme plante médicinale depuis des millénaires au Japon et en Chine, et même ailleurs. Contrairement au thé noir, le thé vert est non-fermenté, ce qui lui permet de conserver tout ses bienfaits et propriétés positives. Consommé du thé noir vous apportera très peu de bienfaits contrairement à la consommation de thé vert – qui est excellente pour votre bien-être et votre forme !

 

Le thé vert est donc une formidable boisson pour se prémunir de nombreuses maladies, comme le cancer par exemple, pour détoxifier son organisme et mieux digérer, mais également pour stimuler le métabolisme, la perte de graisse et pour pouvoir atteindre son poids idéal !

 

thé vert

Pourquoi le thé vert est si bon pour notre santé ?


Ce qui rend le thé si bon pour notre organisme et son fonctionnement est la présence de catéchines, dont une en particulier : l’EGCG, ou gallata d’épigallocatéchine, un élément nutritif très puissant.

 

C’est la principale catéchine (qui est un polyphénol = famille de molécules organiques) contenue dans le thé vert (50%) et c’est surtout un puissant antioxydant : ce qui permet de diminuer ou d’empêcher l’oxydation d’autres substances chimiques, luttant ainsi contre les radicaux libres tout en boostant notre santé !

 

thé noir bienfait

 

Dans le thé noir, la grande majorité des polyphénols sont détruits par la fermentation, c’est pourquoi il est très largement moins bénéfique que le thé vert.

Après cette petite explication biologique, voici la liste des bienfaits du thé vert :

 

Les 5 vertus du thé vert


Quels sont les bienfaits du thé vert ?  Pourquoi il est vraiment votre allié pour une meilleure santé et une meilleure forme ?

 

1. C’est un “brûle-graisse” naturel et augmente naturellement le métabolisme

 

Le thé vert est composé de deux composés très utiles quand on veut brûler les graisses : l’EGCG, la fameuse catéchine évoquée ci-dessus, et de la caféine.

 

La caféine, comme l’EGCG, sont des brûles-graisses reconnus par la science, ils aident à la perte de poids ou au maintien de son poids d’équilibre.

Comment ? Ces deux substances font augmenter les concentrations de noradrénaline dans l’organisme. Ce composé permet d’accélérer le métabolisme (augmentation des dépenses énergétiques) et de brûler plus facilement les graisses en stimulant l’oxydation de celles-ci (l’effet antioxydant de l’EGCG).

 

Ainsi, cette synthèse de plusieurs études a permis de mettre en évidence une perte de 1,31kg en moyenne chez des personnes consommant du thé vert en comparaison avec des personnes n’en consommant pas, pour une période de douze semaines. Une autre étude a montré que les effets du thé vert sont décuplés avec les efforts physiques (cette étude).

 

Il n’y a pas de secret : une alimentation saine et un peu de sport permettent de maigrir, le thé vert ne vient que renforcer le processus et nous aide à éliminer les graisses résistantes – en particulier les graisses abdominales. Une bonne routine matinale, que j’applique chaque jour, est de se préparer un thé vert au réveil et d’enchaîner sur une petite séance de gainage.

 

Pour en savoir plus sur cette routine de gainage matinale, cliquez ici : Comment avoir un ventre plat et un corps plus solide grâce à une habitude simple ?

 

thé minceur

 

2. Le thé vert permet de stabiliser la glycémie plus facilement

 

Le thé vert, grâce à l’EGCG, permet également de faire baisser notre glycémie naturellement : il réduit le taux de sucre dans le sang, nous évitant de possible hypoglycémies et variation de notre énergie au cours de la matinée ou de la journée.

 

Cette stabilisation de la glycémie nous aide à lutter contre le grignotage : car vous n’avez pas d’hypoglycémies et de variation d’énergie, vous avez moins faim, moins souvent et au bon moment (le moment des repas). Ce qui nous évite d’être facilement tenter par une sucrerie, un grignotage ou un goûter trop gros, trop sucré.

 

Ainsi, une étude menée sur des souris a montré que l’EGCG permet d’aider l’insuline dans le cas d’un apport trop élevé de fructose (sucre des fruits), tout en contribuant à la santé cognitive. Une étude citée par la fédération des diabétiques français conclut également sur le rôle favorable du thé vert contre les pics de glycémie.

 

3. C’est un puissant aliment anticancer

 

Dans la catégorie des aliments anticancer, le thé vert occupe une des premières places – grâce aux catéchines et en particulier à l’EGCG, des molécules anticancers qui représentent 1/3 du poids des feuilles de thé !

 

Les catéchines ont comme particularité de s’attaquer à de nombreux processus utilisés par les cellules cancéreuses pour se développer. L’EGCG surtout a la capacité d’asphyxier les tumeurs : car elle agit sur l’angiogenèse. En gros, elle empêche la fabrication de nouveaux vaisseaux sanguins par les tumeurs, supprimant leur alimentation en oxygène et donc leur croissance.

 

Le thé vert est également un anti-inflammatoire : un processus-clé pour la réparation de nos tissus, mais que les cellules cancéreuses détournent pour accroître leur développement.

 

Car c’est un aliment non brevetable, les études poussés sur l’humain sont rares – mais ils existent de nombreuses études en laboratoire qui prouve son efficacité. De plus, il est noter qu’au Japon et en Chine, les risques de cancers chez les buveurs de thé vert sont beaucoup moins élevés que chez les non-buveurs.

 

Le best-seller “Anticancer” de David Servan-Schreiber l’inclut à sa liste des aliments anticancer et le recommande vivement, d’après ses recherches personnelles et scientifiques.

 

4. Il aide à la digestion

 

Le thé vert vous permet également de mieux digérer. Ce sont les flavonoïdes contenus dans le thé vert qui permettent une meilleure digestion : ils stimulent l’action du foie (le stockage du glucose), les fonctions digestives et les intestins (grêles et colons, permettant ainsi d’éliminer les toxines apportées par un repas copieux tout en diminuant l’absorption des graisses – les repas sont ainsi moins lourds et plus faciles à digérer.

 

A noter que le thé vert permet de diminuer d’un tiers le déclenchement des enzymes responsables du stockage de la graisse ! Une bonne chose pour votre digestion et pour le maintien de votre poids d’équilibre.

 

Grâce à sa teneur élevée en tanins, plus élevées que dans les autres thés, l’action thérapeutique du thé vert est également décuplée : il lutte ainsi contre les ballonnements, le mal au cœur et la constipation (chronique ou occasionnelle).

 

Personnellement, j’aime bien boire un thé vert après mon déjeuner (souvent copieux puisque je pratique le jeûne intermittent), mais j’évite après le dîner, étant sujet à l’insomnie – si ce n’est pas votre cas, vous pouvez vous laisser tenter par un petit thé vert après dîner !

 

5. C’est une boisson bien-être qui apaise vos tensions

 

Le thé vert vous aide à perdre du poids, brûler les graisses, mieux digérer et à vous prévenir de maladies comme le cancer – mais pas seulement.

Le thé vert contient, en plus de la caféine qui est stimulant, de la théophylline et un acide aminé, la L-théanine. Elles permettent (entre autres) d’améliorer la mémoire, de calmer le système nerveux, de dissiper la tension, les angoisses, et même de diminuer la dépression. Une véritable boisson bien-être, pour avoir une meilleure forme mentale !

 

Enfin, consommer du thé vert vous évite de consommer des boissons beaucoup plus néfastes pour votre santé et votre forme :

  • c’est une boisson chaude qui contient de la caféine, elle remplace parfaitement le café, qui est néfaste quand il est consommé régulièrement : nervosité, baisse de la sérotonine, etc
  • en boisson froide, il vous évite de consommer soda, jus de fruit et autres boissons trop sucrées – mauvaises pour votre forme physique et mentale.

 

thé à la menthe

 

Comment consommer votre thé vert ?

 

Comment le faire infuser ? Quelle quantité consommer ? Quelles sont les doses recommandées ? La réponse dès maintenant, vous allez tout savoir sur comment consommer votre thé vert pour obtenir tous les bienfaits cités au dessus :

 

Infusion, utilisation et quantité à consommer

 

Pour libérer les catéchines, il est nécessaire d’infuser longuement : entre 5 et 8 minutes minimum, 10 minutes étant le meilleur temps d’infusion. Votre thé vert risque d’être plus amer, mais vous êtes certains d’obtenir le meilleur des bienfaits.

 

Pour l’utilisation recommandée, il est généralement conseillé de faire infuser 2 grammes de thé vert (pendant 10 minutes) dans une théière ou une grande tasse, puis de consommer dans l’heure qui suit. Vous pouvez consommer jusqu’à 6 tasses par jour. Personnellement, je bois entre 2 et 3 grosses tasses par jour – je fais infuser directement mon thé vert dans chaque tasse.

 

Le thé vert décaféiné contient encore tous ses polyphénols et catéchines: c’est une bonne option pour les insomniaques. Enfin, je vous invite à acheter du thé vert japonais ou chinois (les meilleurs) et de la plus grande qualité possible : viser les thés verts proposés dans les magasins spécialisés ou les magasins bios – en sachet ou en vrac.

 

Attention : Les sachets des thés verts de grande surface peuvent contenir des produits nocifs – soyez vigilant et n’hésitez pas à vous renseigner sur la marque de votre thé vert.

 

Bien tendu, il faut le consommer sans sucre ! Vous pouvez, si vous le souhaitez, ajouter du citron pressé ou des fruits (à laisser infuser), voir une cuillère de miel (d’acacia si possible). Pour cette dernière, il vaut mieux ajouter le miel quand le thé est à température de dégustation – si l’eau est trop chaude, vous risquez de détruire les bienfaits du miel.

 

thé vert bienfait

 

Enfin pour conclure cet article, je vous invite à consommer votre thé vert dans le cadre d’une alimentation saine et d’une vie en mouvement : sinon il ne servira pas à grand chose. J’aime également à noter à quel point les aliments sains et naturels, ainsi que les bonnes pratiques, nous permettent à la fois d’atteindre une meilleure santé (une meilleure longévité également) tout en nous permettant d’atteindre une meilleure forme physique à long terme !

Régime paléo : retour à une alimentation saine et naturelle ?

Régime paléo : retour à une alimentation saine et naturelle ?

Connaissez-vous le régime paléo ou régime paléolithique ? Le principe est de retrouver une alimentation proche de celle de nos ancêtres, les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique. L’objectif étant de retrouver la forme, de perdre du poids et d’avoir une meilleure santé !

 

Les produits issus de l’agriculture en sont bannis aux bénéfices de produits naturels : légumes, fruits, oléagineux, légumineuses, protéines diverses, etc.

 

Quels sont les bienfaits et avantages du régime paléo ? Comment l’adopter ? Et surtout, pourquoi l’adopter ? Grâce à cet article, vous allez apprendre tout ce qu’il faut savoir sur le régime paléo !

 

La promesse : pourquoi le régime paléo ?

 

Pour commencer, j’aimerais répondre à quelques questions : pourquoi le régime paléo ? en quoi est-ce différent des autres régimes ?

 

régime paléo

 

La différence avec les régimes classiques

 

Le régime paléo est différent des autres régimes, car contrairement aux autres, la promesse de ce régime ne réside pas dans la privation ou la restriction. L’idée n’est pas de bannir des aliments juste pour retrouver une bonne ligne et perdre du ventre.

 

Non, la promesse réside dans un retour aux sources, à une alimentation ancestrale, qui va nous permettre de manger à satiété, de se faire plaisir avec des aliments sains et naturels tout en retrouvant la forme.

La perte de poids est donc au rendez-vous, mais elle se fait naturellement – elle n’est pas forcée par une restriction calorique, qui de toute façon n’est pas viable à long terme : votre métabolisme s’adaptant graduellement à cette restriction.

 

En savoir plus sur le métabolisme : Tout savoir sur le métabolisme et comment l’entretenir

 

Pourquoi le régime paléo est un régime naturel ?

 

Le principe du régime paléo repose sur le fait que nous ne mangeons pas “naturellement”. C’est à dire que notre alimentation actuelle ne respecte pas notre fonctionnement naturel et notre réalité biologique : car elle est constituée principalement d’aliments issus de l’agriculture ou de l’industrie agro-alimentaire, donc des produits transformés, raffinés ou industriels.

 

Les théoriciens de ce régime le considèrent alors avant tout comme un mode de vie : pratiquer le régime paléo revient à revenir à un mode de vie naturel. En nous alimentant comme nos ancêtres, nous retrouverons un fonctionnement naturel.

Ce régime se base sur de nombreuses études scientifiques qui montrent que notre corps n’a pas changé depuis le Paléolithique, ainsi nous ne nous sommes pas adaptés à la révolution alimentaire qu’a été l’agriculture, puis l’industrie agro-alimentaire. Notre corps n’est pas fait pour ces aliments transformés, il n’est pas capable de les traiter entièrement, ce qui engendre de nombreux problèmes de santés : prise de poids, fatigue chronique, cancers, diabètes, maladies cardio-vasculaires, dépressions, etc.

 

Le régime paléo est alors présenté comme la solution à ces problèmes : adopter une alimentation similaire aux chasseurs-cueilleurs du Paléolithique pour retrouver la forme et une bonne santé !

 

regime paleo

 

Les bienfaits du régime paléo et comment l’adopter !

 

Vous avez déjà eu un aperçu des bienfaits du régime paléo, je vous propose maintenant de les voir en détails :

 

Les bienfaits du régime paléo

 

Les études scientifiques menées sur le régime paléo et sur un retour à un mode fonctionnement naturel ont démontrés les bienfaits suivants :

  • Perte de poids rapide, constante et naturelle (3 à 5kgs par mois) pour les personnes en surpoids.
  • Elimination des graisses résistantes et des graisses viscérales (autour des organes) dangereuses pour la santé.
  • Diminution du stockage des graisses (car l’index glycémique des aliments paléo est bas), moins de crises d’hypoglycémie (la glycémie variant moins)
  • Diminution des risques de diabètes, de cancers et maladies cardio-vasculaires
  • Moins de risques inflammatoires (régime pauvre en sucre : moins de stress oxydatif)
  • Plus d’énergie et de concentration, moins de fatigue (digestion moins laborieuse, moins de déchets à traiter pour l’organisme)

 

Ces bienfaits ressortent des diverses études scientifiques sur le régime paléo, certaines étant plus creusées que d’autres, ainsi que de l’expérience de nombreux pratiquants.

Je vous invite à essayer, à écouter votre corps et à noter les changements : faire une expérience scientifique sur soi, en gros ! C’est la meilleure solution pour savoir si une alimentation ou une méthode est bonne et fonctionne sur nous.

 

paleo

 

Comment adopter le régime paléo et le tester ?

 

Pour adopter le régime paléo, rien de plus simple : il vous suffit de bannir les aliments et produits issus de l’agriculture ou de l’industrie.

 

Le régime paléo repose sur :

    • Des protéines, notamment d’origine animales : viandes, oeufs, poissons, fruits de mers, etc. L’objectif est de manger 10 à 35% de protéines par jour. Si possible provenant d’animaux ayant été nourris à l’herbe, la viande industrielle étant à bannir, ainsi que les poissons et œufs issus d’élevages industrielles.
    • Des bonnes graisses (oméga 3,graisses monoinsaturées et polyinsaturées) : les muscles des animaux nourris à l’herbe en contiennent beaucoup plus que les muscles des animaux nourris aux céréales (qui contiennent plus d’oméga 6 et acides gras saturés, à diminuer dans le régime paléo!).
    • Les noix et graines contiennent également des bonnes graisses, et sont à consommer également.
    • Des glucides à IG bas : légumes et fruits pauvres en sucre sont à consommer à profusion. Les fruits riches en sucre sont à consommer avec modération.
    • L’huile d’olive uniquement est tolérée
    • Quelques légumineuses et céréales “sauvages” : riz noir ou rouge sauvage, certaines lentilles, etc.
    • Le thé (vert notamment)

       

Sont donc bannis du régime paléo : les céréales, les produits laitiers, les autres huiles, le sucre raffiné, les produits industriels, les conserves, le café, l’alcool, etc.

 

Car il est pauvre en sucre, il s’apparente aux régimes low-carb ou aux régimes à IG bas. Il peut être considéré comme sans gluten.

 

perdre du ventre

 

Mon avis sur le régime paléo : expériences, mises en garde et limites !

 

Selon moi, la promesse dans l’ensemble est tenue. Ayant adopté ce régime paléo pendant longtemps, j’ai vu ma santé et ma forme s’améliorer progressivement !

C’est pourquoi je prône une alimentation ancestrale et que je conseille de la privilégier (Pourquoi privilégier l’alimentation ancestrale et vivante pour rester en forme ?).

 

Cependant, vous ne devez pas voir le régime paléo comme une restriction de votre alimentation : rien ne vous oblige à l’adopter 100% du temps. L’objectif de ce régime est de vous maintenir en bonne santé et d’avoir un fonctionnement naturel.

Si vous mangez 80 ou 90% du temps paléo, vous atteindrez cet objectif : le reste du temps vous pouvez vous accorder des “repas de triche” à base de produits transformés ou raffinés, mêmes les pires. Cela vous permettra de conserver une vie sociale épanouie ! Et aussi, de ne pas rentrer dans le pire des régimes : la restriction et la privation, qui mènent à la frustration ce qui risque de vous stresser et de nuire à votre bien-être.

Les excès ne sont pas négatifs s’ils restent des excès ponctuels : ils entretiennent votre métabolisme en rassurant votre cerveau !

 

Vous pouvez également vous accorder quelques aliments plus ou moins tolérés par le régime paléo et bons pour votre santé : certains aliments transformés ou raffinés ayant un IG bas par exemple (les bons glucides !). Selon vos objectifs et votre fonctionnement, supprimer totalement certains produits issus de l’agriculture peut s’avérer compliqué, cher ou inadapté. C’est la limite que j’ai observé et qui m’a fait réfléchir sur le régime paléo.

C’est aussi la mise en garde des médecins-diététiciens : le régime paléo peut entraîner des carences ! Il n’est pas forcément adapté à tous et c’est pourquoi il est important de s’écouter, et aussi de faire des excès ponctuels. Tester le régime paléo permet de mieux comprendre son organisme et son fonctionnement, de voir ce qui marche ou ne marche pas sur nous, et de pouvoir essayer des nouvelles choses au fur et à mesure : cela permet de s’éduquer et de faire des ajustements.

C’est pour ces raisons que j’ai créé ma propre pyramide alimentaire pour “avoir la forme”. Elle se base en partie sur ce régime et sur mon expérience personnelle : La nouvelle pyramide alimentaire pour avoir une bonne santé !

Comment manger cru et pourquoi manger vivant ?

Comment manger cru et pourquoi manger vivant ?

Avez-vous déjà entendu parler de l’alimentation vivante ou alimentation crue ? Pourquoi vouloir manger cru ? Quels sont les bienfaits du manger vivant ? Et surtout, comment bien le faire ?

 

Dans cet article, vous allez découvrir l’ensemble des réponses à ces questions. Nous allons voir les excellents bienfaits du manger cru. Vous allez voir pourquoi c’est important de manger vivant plus souvent. Petit indice : cela vous aide à être en meilleure santé, à brûler des graisses plus facilement mais aussi à avoir plus d’énergie !

 

Bien sûr, nous verrons aussi comment faire pour manger cru. Car il est important de respecter quelques points quand on veut manger vivant. Notre estomac est une machine complexe. Il faut en respecter le fonctionnement.

 

Mais voyons tout ça ensemble !

 

Qu’est ce que cela signifie “Manger cru” et “manger vivant” ?

 

Manger cru consiste à consommer des aliments bruts, peu ou pas transformés. En effet, ces aliments ont gardés le maximum de leurs propriétés nutritives.

 

De plus, adopter une alimentation vivante implique de réduire sa consommation d’aliments morts. Ce sont les produits industriels ou les aliments ayant été trop transformés.

  

Car manger vivant, c’est consommer des aliments encore “en vie” ou “bio-actifs”. Ils sont très nutritifs et excellents pour notre organisme. Des bienfaits que nous verrons juste après.


manger vivant

Quels sont les aliments que nous devons manger cru ?

 

Ces aliments vivants sont principalement des crudités, fruits et légumes non cuits. Ils doivent être encore frais. Ainsi, vous êtes certains qu’ils ont conservés toutes leurs propriétés et leurs enzymes.

D’autres aliments sont concernés : les oléagineux, les fruits gras ou les plantes, comme le thé vert !

  

Donc, dans la liste, on retrouve :

  • Les légumes : carottes, salades, épinards, choux, brocolis, poivrons, aubergines, petits pois, haricots, asperges, oignons, concombres, ails, courgettes, etc.
  • Les fruits sucrés : bananes, kiwis, fraises, oranges, abricots, melons, pastèques, pêches, pamplemousses, framboises, mangues, ananas, kakis, tomates, etc.
  • Les fruits gras (ou oléagineux) : avocats, noix de cajou, noix, amandes, noisettes, noix de coco, noix de macadamia, olives, pistaches, etc.
  • Les jus de fruits et légumes frais (faits maisons si possible)
  • Le thé vert et les infusion

 

Ces aliments peuvent être parfaitement manger cru ou cuit. Mais les manger vivant vous permettra d’obtenir d’excellents bienfaits.

 

manger cru

 

 

Tous les bienfaits à manger cru et vivant !

 

A ce stade, vous vous demandez sûrement encore pourquoi vous devriez manger cru plus souvent. En fait, notre corps a besoin de ces aliments vivants ou “bio-actifs” pour mieux fonctionner. Cela s’explique par notre évolution.

 

Nos gènes se sont développés à une époque où nous étions encore des chasseurs-cueilleurs, il y a plusieurs milliers d’années. Pour répondre aux besoins de notre organisme, il est nécessaire de consommer des aliments facilement à cette époque.

Mais aussi d’essayer d’avoir un mode de vie similaire…

 

Et en effet, les recherches ont montrés que les aliments “vivants” étaient très important. Car ils nous apportent énormément de vitamines, de minéraux et oligo-éléments. 

De nombreux micronutriments détruit lors de la cuisson ou lors des processus de transformations industriels (ou non !). Ces micronutriments nous apportent de la vie, des éléments indispensables à la survie de notre organisme.

 

Même légères, les cuissons et transformations peuvent dégrader les qualités nutritives de nos aliments. Par exemple, à partir de 42 degrés, on commence à observer une destruction/dégradation des vitamines. Mais aussi des enzymes !

Dont nous verrons le pouvoir vivifiant un peu plus loin.

  

Manger cru apporte une énergie vitale à notre corps !

 

Car ces aliments ne nous apportent pas que des nutriments. Les nutriments sont l’expression d’une certaine énergie nutritive que nous apportons à notre corps.

Manger vivant permet ainsi de récupérer une énergie de haute qualité. Car ces produits sont moins caloriques, premièrement.

 

Deuxièmement, ils induisent une faible production d’insuline. Ce qui est excellent pour maîtriser sa définition corporelle, perdre du poids et brûler les graisses en trop. 

Et surtout, l’énergie apportée est de meilleure qualité pour notre corps. Si vous mangez une banane, les calories consommées seront bien meilleures pour votre organisme que celles d’un gâteau à la banane.

 

Car ces aliments sont bio-actifs, ils favorisent la vie. Ils permettent de vivifier notre organisme. En gros, vous rechargez les batteries en apportant les bons nutriments !

Mais les aliments bio-actifs vont également favoriser une bonne flore intestinale : un point essentiel pour notre bonne santé, mais aussi pour garder la ligne !

 

Il est bon à savoir que sans ces apports en micronutriments, votre corps risque de tourner au ralenti.

Certains mécanismes seront affaiblis, voir perturbés, comme notre métabolisme par exemple.

 

manger cru

 

  

Manger cru : aliments vivants contre aliments morts !

 

En plus des micronutriments indispensables, comme les vitamines et minéraux, manger cru vous apporte des enzymes. Ces enzymes représentent la vie !

En effet, c’est la raison pour laquelle on les qualifie d’aliments vivants et d’aliments bio-actifs !

 

Et c’est en ça qu’il s’oppose aux féculents courants et surtout aux aliments industriels. Malheureusement il est fréquemment recommandé de placer les féculents à la base de notre alimentation.

 


Or, ils devraient être réduits au minimum. Seuls quelques céréales et féculents sont bons pour la santé. Car, si la cuisson détruit beaucoup de nutriments, les aliments bruts cuits conservent toujours des bienfaits.

Ce n’est pas le cas de la majorité des céréales, comme les farines blanches, les pâtes blanches, ou le riz blanc.

 

Vous devez les considérer comme des aliments morts. Car malheureusement, les processus de transformation les ont rendus pauvre en nutriments utiles. Notre corps ne les reconnaît plus !

C’est même encore pire avec tous les produits industriels, pleins de sucres raffinés et d’huiles hydrogénées. Ces aliments sont les plats préparés, les confiseries et autres gâteaux du supermarché.

Et on dit que ces aliments sont morts pour une bonne raison : ils sont devenus biocidiques. Ils tuent la vie.

 

Le nerf de la guerre : les enzymes contenues dans nos aliments


En effet, ils ne possèdent plus d’enzymes à cause de la  très haute cuisson, transformation ou industrialisation.

 

Or, les enzymes sont nécessaires pour digérer et assimiler les aliments. N’en possédant pas, le corps va devoir utiliser ses réserves enzymatiques.

Mais ses réserves ne sont pas infinies. Donc quand nous consommons des aliments morts, nous piochons dans nos réserves de “vie”.

Vous pouvez imaginer les désastres à long terme que cela peut produire sur  notre santé et notre longévité !

 

 

Consommer des aliments vivants en grande quantité permet donc de préserver aussi ces réserves. Surtout, manger cru permet de les reconstituer.

Enfin, manger vivant va nous permettre de mieux digérer les aliments cuits ou mi-cuits que nous consommons à côté.

 

comment manger cru

 

Comment manger cru pour respecter le fonctionnement de son estomac ?

 

Après toutes ces explications sur les bienfaits de  manger cru et vivant, il est temp de voir comment mettre en place une alimentation vivante saine !

 

Car, comme dans toute pratique et nouvelle habitude, il est important de respecter le fonctionnement et les spécificités de notre organisme.

Il serait bien trop simple de vous dire : mangez seulement des crudités, quelques protéines et quelques féculents à côté.

Puis, grâce à cela, vous allez perdre du poids, retrouver une forme d’enfer et lancer des éclairs avec vos petites mains..

 

Non, il convient de bien comprendre certains aspects du fonctionnement de notre estomac. Voici quelques avertissements très importants.

Ensuite, nous verrons quelques conseils pratiques pour éviter tout soucis !

 

L’estomac est une marmite : l’ordre d’arrivée compte !


Notre estomac est comme une marmite dans laquelle les aliments qui arrivent seraient cuits à nouveau. Surtout, ils le seront par ordre d’arrivée !

Ainsi, si les aliments crus stagnent dans l’estomac, ils auront tendance à fermenter ou à pourrir.

En gros, vous risquez d’avoir des ballonnements ou des gaz. Voir même d’autres réactions en chaîne peu agréables : un gonflement du ventre, une prise de poids ou un manque d’énergie à cause d’une digestion compliquée.

C’est l’inverse de ce que nous recherchons quand nous mangeons vivants.

 

pourquoi manger cru

 

Manger vivant : il faut faire chauffer la marmite de la bonne façon

 

De plus, car les aliments crus sont froids, ils vont demander à l’organisme de chauffer l’estomac pour enclencher le processus de digestion.

 

Car ce processus vous fait consommer de l’énergie, il peut apparaître comme très bénéfique si vous souhaitez perdre du poids.

Mais si vous le faites trop fréquemment, cela peut également entraîner des réactions négatives.

Car cette chaleur est produite par la rate et les reins. Et quand ils sont sollicités trop fréquemment et trop longtemps, cela peut les épuiser et les abîmer.

 

Surtout qu’une digestion longue peut ralentir voir empêcher l’assimilation des nutriments et enzymes ! Encore une fois, c’est tout l’inverse de ce que nous souhaitons mettre en place.

 

 

Manger cru, oui. Mais manger des aliments cuits, aussi !


Enfin, manger vivant est excellent pour notre santé. Mais cela ne suppose pas que les aliments cuits ne le sont pas aussi !

 

C’est pourquoi je prône une alimentation ancestrale. Celle-ci est composée d’aliments bruts, peu ou pas transformés, qui vont vous apporter des bons nutriments !

Ainsi, vous consommez des aliments crus et vivants, comme des fruits, des oléagineux ou des légumes. Tout en vous alimentant normalement avec des aliments cuits : légumes, légumineuses, certains céréales, œufs, viandes et poissons, si possible de la meilleure qualité possible.

 

alimentation vivante

 

Les solutions pour manger cru et manger vivant sans problèmes


Ces soucis liés au froid et au fonctionnement de l’estomac peuvent être réglés simplement :

  1. Consommer les aliments crus et vivants en début de repas (salade, fruits, etc.)
  1. Consommer les fruits en dehors des repas, laisser passer deux ou trois heures après votre repas par exemple
  2. Continuer à manger des aliments cuits, après les crudités
  3. Ne pas faire trop cuire ses aliments, les saisir et les laisser mi-cuit est une bonne option, garder le croquant !
  4. Ne pas boire trop d’eau froide, surtout pendant et autour des repas

 

Au final, nous retrouvons toujours le même état d’esprit : modération et équilibre.

La tradition chinoise veut qu’il n’existe qu’une seule règle, celle du juste milieu et de l’équilibre. Les grecs parlent de rester dans la “mesure”.

 

Pour obtenir les bienfaits du manger cru et du manger cuit, il suffit de consommer 30% à 50% d’aliments crus. Pour le reste, consommez vos aliments cuit ou mi-cuit. Vous préservez ainsi votre organisme, tout en lui apportant de la vie !

 

Et pour obtenir le maximum de nutriments, je vous recommande de choisir des produits de bonne qualité (bio et/ou locaux), peu ou pas transformés, et pas industriels !